1 juin 2022
Nouveau festival d’arts de la parole
« À bouche que veux-tu » montre les dents à Saint-Charles
Par: Olivier Dénommée
Le comité organisateur derrière À bouche que veux-tu, Maryse Labonté, Yoda Lefebvre et Karine Desaulniers, près de l’église de Saint-Charles-sur-Richelieu, où les visiteurs sont attendus pour le nouveau festival. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Le comité organisateur derrière À bouche que veux-tu, Maryse Labonté, Yoda Lefebvre et Karine Desaulniers, près de l’église de Saint-Charles-sur-Richelieu, où les visiteurs sont attendus pour le nouveau festival. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

L’organisme La Grande Trappe, basé à Saint-Charles-sur-Richelieu, est derrière la création d’« À bouche que veux-tu », un tout nouveau festival mettant en vedette les arts de la parole. La première édition est organisée les 10 et 11 juin, à l’église de Saint-Charles.

Publicité
Activer le son

Ce festival hors du commun a vu le jour sous l’impulsion de Yoda Lefebvre, de Maryse Labonté et de Karine Desaulniers et propose pour l’occasion cinq activités sur deux jours avec une quinzaine de conteurs de partout au Québec qui feront découvrir toute la richesse et les différentes couleurs que renferme la langue française. C’est « Les Petites Trappes » qui ouvre le festival le vendredi 10 juin, de 13 h à 15 h. Cette performance se veut une « une chasse aux conteurs dans et autour de l’église », particulièrement adressée aux jeunes de 3 à 12 ans. « Il y aura quatre conteurs simultanément à différents endroits et on va remettre aux gens des écouteurs multi-canaux qui leur permettront d’écouter les différents conteurs selon ce qu’ils auront envie d’entendre et de découvrir toute la diversité de la langue contée », explique Yoda Lefebvre au sujet de la formule de l’activité.

On propose une formule similaire pour les deux spectacles suivants, soit « La veillée des Langues à Taire », le 10 juin à 19 h 30, et « La journée des Langues à Taire », le 11 juin à 14 h, toujours à l’église. Comme les spectateurs doivent emprunter des écouteurs pour profiter de l’activité, chaque événement est limité à 150 participants à la fois. « Le picnic de la Bouche Pleine » est aussi au programme le samedi, en formule 5 à 7, à côté de l’église, avec la nourriture de Mouton Village sur place et la présence de deux conteurs. « Sur le site, il y a des foodtrucks et un bar, de quoi profiter pleinement de Saint-Charles pendant le festival. On invite aussi les gens qui le désirent à réserver une table dans un des restaurants de la municipalité pendant qu’il y a encore de la place! », raconte Yoda Lefebvre.

Les Pourris

Le clou du festival est le spectacle « Les Pourris », dans l’église de Saint-Charles le 11 juin de 19 h 30 à 22 h. « Quatre conteurs participent à une joute pour convaincre le public que leur “pourri”, un personnage obscur de l’Histoire, est le plus pourri du lot! Ce sont des personnages ayant vécu entre 1830 et 1940, mais un seul d’entre eux est originaire du Québec. Il y aura beaucoup de sophismes et de techniques de manipulation pour arriver à convaincre le public », prévoit l’organisateur, promettant beaucoup d’humour, de cynisme et de rires jaunes pendant cette soirée. « On espère que les foules seront au rendez-vous! On a de la place pour 300 spectateurs dans l’église. »

Notons que les billets pour les différentes activités d’À bouche que veux-tu sont en vente sur Lepointdevente.com et que les enfants de 12 ans et moins peuvent y participer gratuitement.

Yoda Lefebvre avoue que l’organisation du festival a été un exercice « intense », mais a bien hâte d’enfin présenter l’événement. « Dans l’organisation, on est trois bourreaux de travail! Mais la communauté est de notre côté et on a droit à un beau soutien », note-t-il.

Plus d’informations sur le site Internet www.lagrandetrappe.ca.

image