18 janvier 2023
Mont-Saint-Hilaire
Aucune arrestation encore pour le meurtre de Nadine Flora Alinanynyi
Par: Denis Bélanger
Nadine Flora Alinanynyi. Photo gracieuseté

Nadine Flora Alinanynyi. Photo gracieuseté

La Sûreté du Québec (SQ) n’a toujours pas de suspect ni de témoin important dans le dossier du meurtre de Nadine Flora Alinanynyi, qui a été trouvée sans vie le 12 janvier dans un appartement de Mont-Saint-Hilaire au côté de son poupon. La vie de ce dernier n’a toutefois jamais été en danger.

Publicité
Activer le son

« Les enquêteurs ont rencontré des témoins, dont le père de l’enfant. L’enquête se poursuit », a commenté la sergente de la SQ Audrey-Anne Bilodeau. Les autorités ont mis des heures après la macabre découverte avant de confirmer officiellement le décès et plus d’une journée avant d’annoncer que l’affaire était considérée comme un homicide.

Au départ, des médias ont rapporté que la femme de 34 avait été abattue par balle dans le dos. L’information a été finalement démentie. Maintenant, on lit sur plusieurs tribunes que la femme aurait été tuée par coups de couteau. Cette information n’a pas été confirmée par la SQ.

La Régie de police Richelieu–Saint-Laurent a été appelée à intervenir le 12 janvier dans un appartement de la rue Joseph-Elzéar-Bernier vers 14 h. C’est le père du jeune enfant de la victime, qui ne demeurait pas avec elle, qui a alerté les autorités. Comme il s’agissait d’une mort suspecte ou inconnue, l’enquête a été transférée à la SQ. L’enfant en bas âge n’a subi aucune blessure, mais a été transporté à l’hôpital par précaution.

Une immigrante du Cameroun

Nadine Flora Alinanynyi est originaire du Cameroun. Comme d’autres de ses compatriotes, elle a quitté le Cameroun le 1er janvier 2020 pour occuper un poste de préposée aux bénéficiaires à la résidence Le Quartier Mont-Saint-Hilaire. Elle avait même laissé derrière elle un fils. Son intégration et son adaptation au Québec avaient fait l’objet en 2020 d’un article publié sur le site Internet du Groupe Maurice, propriétaire de la résidence Le Quartier. Mme Alinanynyi était présentement en congé de maternité. La direction du Groupe Maurice a tenu à offrir ses condoléances aux proches, membres de sa famille et ses propres employés éprouvés par cette triste nouvelle.

« Mme Alinanyinyi était reconnue comme une personne douce et travaillante et elle était fort appréciée de ses pairs et des résidents, commente la directrice des communications corporatives. Nous demeurons en constante communication avec les autorités et notre équipe de gestion est disponible pour offrir du support psychologique aux employés ainsi qu’aux résidents. Un programme d’aide aux employés est également disponible pour soutenir les membres de notre équipe affectés par ce drame. »

Une campagne de financement a aussi été organisée sur la plateforme GoFundMe. L’auteur de cette initiative affirme être la petite sœur de la victime.

Le monde politique réagit

Des politiciens ont réagi à la triste nouvelle, dont le maire de Mont-Saint-Hilaire, Marc-André Guertin. « Je suis habité par un profond sentiment de tristesse. En ce moment, toutes mes pensées sont tournées vers la famille. Mont-Saint-Hilaire est une petite communauté et nous ne pouvons qu’être touchés par cet événement qui implique femme et jeune enfant. La violence est une problématique complexe; soyons tous unis et faisons en sorte de dénoncer tout acte ou comportement abusif et menaçant », a-t-il dit par voie de communiqué.

Le ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel, a de son côté réagi sur Twitter. « Mes pensées sont avec le poupon ainsi qu’avec la famille de la victime. Je vais suivre attentivement la suite de l’enquête. »

image