14 avril 2022
L’ancien maire parle enfin
Avenir Hilairemontais sera dissous
Par: Denis Bélanger

L'ancien maire Yves Corriveau.

Le plus vieux des trois partis politiques municipaux officiellement reconnus à Mont-Saint-Hilaire, Avenir Hilairemontais, sera éventuellement dissous après plus de huit années d’existence. La nouvelle a été confirmée par l’ancien maire Yves Corriveau qui s’est exprimé publiquement pour la première fois depuis les élections municipales.

Publicité
Activer le son

« J’ai demandé aux autres membres de la gang si quelqu’un était intéressé à prendre la relève, mais personne n’a manifesté de l’intérêt. C’est une étape de ma vie qui vient de se terminer », a déclaré M. Corriveau à L’Œil Régional.

Ce dernier avait refusé de prendre la parole le soir du scrutin. Il reconnaît que la défaite avait été difficile à digérer. Les candidats d’Avenir Hilairemontais ont terminé troisièmes à tous les postes en élection et seulement deux ont dépassé la barre des 15 % de votes nécessaires pour obtenir un remboursement de dépenses électorales. Yves Corriveau avait lui-même obtenu 12,5 % des votes.

Il sort maintenant de son mutisme puisqu’il a eu l’occasion de faire le vide en voyage. « J’ai eu l’occasion de me reposer. Je suis passé à autre chose. Je suis extrêmement fier de mon bilan. Nous avons accompli de belles choses. J’ai aimé les huit années à la mairie, incluant les deux dernières qui ont été plus difficiles. »

Une page se tourne
Ayant déjà siégé comme conseiller à Mont-Saint-Hilaire de 1995 à 2005, Yves Corriveau s’est amené dans le portrait de la mairie à l’été 2013 avec la fondation d’Avenir Hilairemontais. Le dépôt de la candidature de M. Corriveau avait coïncidé avec le départ du maire Michel Gilbert qui était en poste depuis 2003. Avenir Hilairemontais avait fait élire six candidats sur sept, dont Yves Corriveau à la mairie, le3 novembre 2013.

La formation politique avait obtenu un même résultat à l’élection suivante en 2017. Mais le deuxième mandat de M. Corriveau aura été plus mouvementé. Le fait le plus saillant est survenu à l’été 2019, où tous les membres élus de son parti ont quitté Avenir Hilairemontais dans la foulée de son voyage controversé au Burundi. Cinq conseillers sur six avaient par la suite réclamé sa démission de la mairie, chose qu’il a toujours refusé de faire.

M. Corriveau avait néanmoins mis du temps à décider de son avenir en politique au-delà du 7 novembre 2021. Il a ultimement confirmé en février 2021 son intention de solliciter un troisième mandat consécutif comme maire de Mont-Saint-Hilaire.

image