15 décembre 2021
L’Œil sur le conseil
Belœil en bref
Par: Olivier Dénommée
Le conseil municipal de Belœil. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le conseil municipal de Belœil. Photothèque | L’Œil Régional ©

Les nouveaux élus de Belœil se sont rencontrés récemment pour prendre plusieurs décisions. Voici quelques faits saillants.

Publicité
Activer le son

En formule hybride
Pour la toute première fois depuis l’arrivée de la pandémie de COVID-19, en mars 2020, le conseil s’est réuni devant public le 29 novembre au Centre culturel de Belœil. Pour les prochains mois, le conseil conservera une formule hybride; il accueillera le public dans la salle, mais continuera de diffuser en direct les séances. Le conseil recevra également des questions par internet. Si la première séance et la soirée d’information sur le budget se sont tenues au Centre culturel, les suivantes devraient avoir lieu au Centre des loisirs.

En mémoire de M. Lavoie
Un moment de recueillement s’est tenu en début de séance le 29 novembre. La mairesse Nadine Viau a mentionné le décès de
Raymond Lavoie, le père de l’ancienne mairesse Diane Lavoie. Celui-ci est décédé le 27 novembre à l’âge de 93 ans. Il était très malade depuis cet été et Mme Lavoie avait mené sa campagne tout en étant proche aidante. Plusieurs personnes présentes dans la salle se sont levées pendant ce moment de silence.

35 000 $ pour Exceldor
Désirant « promouvoir l’épanouissement des entreprises dans sa zone industrielle », la Ville a autorisé le versement d’une aide financière de 35 000 $ à Exceldor « afin de l’encourager dans la poursuite de ses activités à Belœil ». Il s’agit de la troisième année et dernière année que la Ville accorde un montant à l’entreprise. Rappelons qu’en 2019 et en 2020, Exceldor avait bénéficié de deux aides de 50 000 $.

Hausse de quotes-parts
Les différentes régies intermunicipales ont récemment adopté les prévisions budgétaires pour l’année financière 2022 et on en sait plus sur la quote-part que devra débourser Belœil, de même que l’évolution par rapport à l’année actuelle. On estime, en 2022, une participation financière de 493 204 $ (hausse de 1,21 %) pour faire partie de la Communauté métropolitaine de Montréal, 1 191 606 $ (baisse de 0,11 %) pour la Régie d’assainissement des eaux de la Vallée-du-Richelieu, 1 293 770,76 $ (+1,45 %) pour la Régie intermunicipale de l’eau de la Vallée-du-Richelieu, 2 910 755 $ (+4,38 %) pour la Régie intermunicipale de sécurité incendie de la Vallée-du-Richelieu, 12 088,43 $ (-14,5 %) en plus d’un montant de 10 129,04 $ pour les coûts directs d’exploitation pour la Régie de l’aqueduc intermunicipale du Bas-Richelieu, 2 077 559 $ (+2,8 %) pour l’Autorité régionale de transport métropolitain, 3 972 324 $ (+10,8 %, principalement à cause du nouvel écocentre) pour les services gérés par la MRC de La Vallée-du-Richelieu et, enfin, 111 877 $ (+8,3 %) pour les Services animaliers de la Vallée-du-Richelieu.

Pour ce dernier point, la conseillère Louise Allie a commenté qu’un nombre important de résidents n’ont pas payé la licence pour leurs animaux de compagnie, ce qui explique cette hausse un peu plus importante prévue en 2022. Certaines subventions viennent aussi alléger le fardeau de la Ville, principalement au niveau de la quote-part de la MRC.Il ne manque que la quote-part pour la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint- Laurent pour compléter le portrait.

112 000 $ pour l’entretien des logiciels
La Ville a renouvelé ses contrats de service d’entretien des logiciels et progiciels auprès de la firme PG Solutions pour l’année 2022, au montant total de 112 202,53 $, taxes incluses. Ce montant représente une hausse de 5,59 % par rapport à 2021, mais la conseillère Renée Trudel précise qu’il s’agit en fait d’une hausse de 3 % des coûts puisque l’ajout d’un module dans le portail du procureur à la cour municipale a fait la différence dans la hausse des coûts en 2022.

34 000 $ pour des études géotechniques
Une demande de prix a été réalisée auprès de trois fournisseurs pour des services professionnels en ingénierie, laboratoire pour études géotechniques et analyse des sols. Le plus bas soumissionnaire conforme, Les Laboratoires de la Montérégie, au montant de 34 032,60 $ taxes incluses, a été retenu par la Ville.

FNX-Innov pour la réfection des rues Dupré, Gagnon, Doré et Gadbois
Sept entreprises ont soumissionné à un appel d’offres public de la Ville pour des services professionnels en ingénierie, plans, devis et surveillance des travaux pour la réfection des rues Dupré, Gagnon, Doré et Gadbois. Un système de pondération et d’évaluation des offres a permis d’établir que la firme FNX-Innov offrait la meilleure soumission, au montant total estimé de 311 524,76 $, taxes incluses.

Murale à venir dans le stationnement de la MDJ
La Ville n’a reçu qu’un projet conforme pour son fonds culturel en 2022, celui de l’artiste Loane Ouellet, qui propose de créer une murale au sol dans le stationnement de la Maison des jeunes au courant de l’été. La Ville lui accorde une aide financière de 2291,14 $ pour réaliser le projet. À noter que le conseiller Martin Dubreuil, conjoint de Mme Ouellet, s’est retiré avant le vote à l’unanimité du conseil.

Perte de la directrice de l’urbanisme
Le 6 décembre, la Ville a affiché une offre d’emploi pour pourvoir le poste à la direction de l’urbanisme de Belœil, poste qui sera laissé vacant par Sophie Gendron après le 7 janvier 2022. Cette dernière quitte après moins de trois ans en poste pour relever de nouveaux défis à la Ville de Montréal. La nouvelle mairesse a commenté la perte de ce poste-clé à la Ville. « On a une belle équipe en place à l’urbanisme. On peut voir le départ de Mme Gendron comme une perte, mais aussi comme une opportunité pour la Ville d’adresser ses priorités dans le nouveau mandat », commente Nadine Viau, qui avait hâte de travailler avec cette équipe qu’elle connaît bien. Elle-même avait été à l’emploi du service de l’urbanisme de Belœil il y a quelques années et assure qu’elle n’aurait eu aucun malaise à collaborer à nouveau avec Sophie Gendron si elle était restée en poste.

Les candidatures pour le poste de la direction de l’urbanisme seront recueillies jusqu’au 7 janvier. L’objectif est que la nomination de la nouvelle personne se fasse lors du conseil de février 2022, pour une entrée en fonction en mars. Dans l’intérim, c’est Damien Sanschagrin qui prendra la direction de l’urbanisme à partir du 11 janvier 2022.

image