23 mars 2022
L’Œil sur le conseil
Belœil en bref
Par: Olivier Dénommée
L’hôtel de ville de Belœil. Photothèque | L’Œil Régional ©

L’hôtel de ville de Belœil. Photothèque | L’Œil Régional ©

Les élus de Belœil se sont rencontrés virtuellement en séance ordinaire le 28 février. Voici quelques faits saillants.

Publicité
Activer le son

Patience requise auprès du service de l’urbanisme
Dès le début de la séance, la mairesse Nadine Viau a fait part d’une « situation particulière » que connaissait la Ville depuis quelques mois avec un service de l’urbanisme fonctionnant à effectif réduit, que ce soit à cause de départs ou de congés de maladie. « On arrive à la période la plus importante pour les demandes de permis; on demande d’être patient et de se préparer à l’avance parce qu’il y a des risques de délais supplémentaires », a prévenu Mme Viau, précisant que de nouvelles embauches seraient faites au service de l’urbanisme pour répondre à la demande.

En effet, lors de la séance, l’embauche de Louis-Philippe Paris au poste permanent d’inspecteur en bâtiments a été confirmée, de même que l’ajout de deux employés temporaires, Steve Robert-Dubord et Ambroise Ngakala-Omboyo, qui viennent en renfort pour compenser l’absence des employés en arrêt de travail. Ajoutons un contrat d’une durée de 7 h/semaine pour Mathieu Brunelle-Descheneaux de la firme GESTIM, jusqu’au 29 juillet. « On devrait reprendre le dessus rapidement », espère Mme Viau.

Cuisine extérieure pour L’Essentielle
Le conseil propose un projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI) au 231, rue Brillon, immeuble où se trouve le Centre de femmes l’Essentielle. Ce projet particulier vient notamment permettre l’installation d’une cuisine extérieure et d’un barbecue permanent dans la cour arrière, de même qu’un potager, une murale et un patio. L’assemblée publique de consultation sur ce projet de résolution est prévue le 28 mars, à 19 h 30, à la salle du conseil.

Un agrandissement pour Transdev
Un autre PPCMOI a été proposé par la Ville, cette fois pour les 1400-1500, rue Louis-Marchand, où se trouve l’entreprise Transdev, spécialisée dans le transport. Il s’agit d’un projet de construction et d’agrandissement qui, selon la conseillère Renée Trudel, inclurait l’ajout d’un toit blanc pour contrer les îlots de chaleur. Il est aussi question de planter 25 arbres à l’avant de l’immeuble. L’assemblée publique de consultation est aussi prévue le 28 mars, à 19 h 30, à la salle du conseil.

Bonjour parc naturel Trente-Arpents
Un important espace vert longeant le ruisseau des Trente, derrière le Centre culturel de Belœil, avait encore besoin d’un nom, et le comité de toponymie l’a trouvé : on peut dorénavant l’appeler le parc naturel Trente-Arpents. Il se trouve également à proximité de l’espace culturel Aurèle-Dubois.

Quotes-parts : hausse de 5,88 % pour la police
Précédemment, L’ŒIL rapportait les changements au niveau des quotes-parts des différentes régies. Il ne manquait que celle de la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent. Pour l’année financière 2022, le montant s’élève à 4 157 457 $, soit une hausse de 5,88 %. Cette hausse s’explique par la hausse de la population à Belœil, de même qu’une hausse générale des coûts.

Acquisition d’une remorque hydro-excavatrice
La Ville a réalisé un appel d’offres en vue de faire l’acquisition d’une remorque hydro-excavatrice (permettant l’excavation par jet d’eau). Elle en a reçu trois, dont celle de FST Canada inc. o/s Équipement Joe Johnson, le plus bas soumissionnaire conforme, qui demande un montant de 154 441,32 $, taxes incluses.

Réouverture de l’hôtel de ville
Avec les assouplissements aux mesures sanitaires, l’hôtel de ville ouvre progressivement ses portes aux citoyens. Depuis le 14 mars, il est accessible en semaine entre 8 h et midi. Les autres options pour joindre la Ville – le téléphone, les courriels, le clavardage sur le site et sur la page Facebook – demeurent en place sur les heures régulières de bureau.

Retour de la question des rues blanches
Bien qu’aucun point à l’ordre du jour n’en faisait mention, la question des rues blanches à Belœil s’est invitée à la séance. La mairesse Nadine Viau en a fait mention en début de séance, rappelant son concept et que le plan de viabilité hivernale est décidé à l’automne. « Il y a un effort à faire pour limiter l’usage d’abrasifs dans nos rues [résidentielles], mais à partir du moment où les rues deviennent glacées et non sécuritaires, la Ville va intervenir. » Mme Viau invite les citoyens qui considèrent que leur rue n’est pas déneigée assez vite de porter plainte auprès du Bureau du citoyen.

Ces explications ont été suivies peu après par une question d’un citoyen demandant si la Ville avait l’intention d’abolir les fameuses rues blanches dans le futur, souhaitant que la question ne soit pas étudiée qu’à l’automne prochain. Ce à quoi la mairesse a répliqué que le compte-rendu qui sera fait à la fin de la saison hivernale permettra de « faire le bilan des bons coups et des moins bons coups ».

image