9 mars 2022
Belœil : Karim-André Laz finalement à la présidence d’une commission
Par: Olivier Dénommée
Karim-André Laz. Photothèque | L’Œil Régional ©

Karim-André Laz. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le conseiller du district 3 du parti de la mairesse Oser Belœil, Karim-André Laz, pourra finalement présider une commission. L’élu a été nommé à la présidence de la Commission des ressources humaines de la Ville lors de la séance ordinaire du conseil du 28 février.

Publicité
Activer le son

Rappelons que l’assemblée du 24 janvier avait donné lieu à quelques échanges musclés entre les élus, menant à un vote divisé suivi d’un veto au sujet des présidences et des vice-présidences des différents comités et commissions où siègent les élus. M. Laz n’avait eu droit à aucun titre, situation qu’il avait dénoncée publiquement.

Un flou subsistait autour des raisons menant à l’exclusion initiale de M. Laz et celles-ci n’ont jamais été dévoilées, mais les élus ont fini par trouver un terrain d’entente avant le nouveau vote. La conseillère de Belœil gagnant Renée Trudel a présenté la nouvelle résolution donnant à Karim-André Laz un poste sur une commission. « On nous a demandé de prendre du recul et de tendre la main, c’est ce que nous avons fait. On a pu discuter et amener d’autres propositions », a-t-elle affirmé en présentant ce point. M. Laz a lui-même appuyé cette résolution, qui a par la suite été adoptée à l’unanimité. La mairesse Viau a ensuite remercié l’ensemble des conseillers d’avoir « contribué à trouver une solution à ce petit cul-de-sac ».

Mandats plus courts
Parmi les propositions amenées par Mme Trudel, il a été question de « rotation » dans les rôles. Une résolution a été présentée pour limiter la durée des mandats de présidents et de vice-présidents des comités et des commissions. Selon le projet de règlement, la durée des mandats deviendra « de deux ans pour le mandat qui suit une élection générale », puis « d’un an pour les mandats subséquents ». De plus, à moins d’une disposition à l’effet contraire, ces mandats sont non renouvelables. Dans les comités où trois conseillers issus de différentes formations politiques siègent, cela signifie que chaque conseiller occupera le siège de président à un moment ou à un autre.

Notons qu’il a aussi été proposé qu’à la fin des mandats actuels des présidents et des vice-présidents de citoyens non élus, ceux-ci soient remplacés par des élus. « À la fin des mandats actuels, on propose une passation à des élus pour permettre aux citoyens de participer sans leur donner cette responsabilité-là [de présider des comités] », a expliqué Mme Trudel.

D’autres mises à jour
Les élus ont aussi déposé des mises à jour du Code d’éthique et de déontologie des membres du conseil de même que de la régie interne du conseil municipal, d’autres éléments qui avaient été mis sur le tapis lors de la séance de janvier. Certains détails restent toutefois à fixer, dont l’éventuelle nomination d’un commissaire à l’éthique. « Ça a été discuté, il reste à statuer la formule », a répondu Nadine Viau à une question d’un citoyen.

De plus, le second point sur lequel Mme Viau avait apposé son veto en janvier a été présenté de nouveau pour inclure le conseiller Pierre Verret à la Commission de relance économique, résolution que M. Laz a appuyée avec le sourire et que l’ensemble des conseillers a adoptée à l’unanimité.

image