3 novembre 2021
Carole Blouin
Par: L'Oeil Régional

Caroline Blouin – Mouvement citoyen

Publicité
Activer le son

Les plateformes de tous les candidats parlent de mettre l’environnement et la lutte aux changements climatiques au centre des décisions des élus. Qu’est-ce qui vous distingue de vos adversaires?
Non à la densification sans respect de la nature et de nos particularités. Il faut protéger la montagne, son piémont, tous les milieux naturels et agricoles. Ne pas imposer de limite au développement détruira ces milieux. Emboîter le pas vers un plan vert. Obtenir un statut particulier, des mesures d’exception prévues au PMAD. Revoir la réglementation pour qu’elle porte notre vision.

Quelles sont vos propositions pour améliorer ou consolider le milieu culturel et artistique de Mont-Saint-Hilaire?
Les artistes sont bien représentés par deux candidats dans notre équipe. Nous sommes le seul parti à avoir donné une place privilégiée aux arts et à la culture dans cette campagne. Notre plateforme culturelle propose dix engagements précis. De plus, l’accès à la rivière par une promenade aux accents artistiques et culturels est dans nos cartons.

Plusieurs organismes affirment que les installations sportives sont insuffisantes dans la municipalité. Qu’est-ce que vous proposez à cet effet?
Revisiter et améliorer l’offre de service des patinoires extérieures. Compléter les travaux d’aménagement derrière l’école secondaire Ozias-Leduc. S’investir pour un centre sportif régional. Améliorer les équipements dans les parcs en fonction des nouveaux besoins en consultant les citoyens, incluant nos adolescents. Développer des services collectifs dans le Village de la gare.

Il est devenu très difficile d’accéder à la propriété ou même de trouver un logement abordable à Mont-Saint-Hilaire. En quoi votre programme électoral pourra-t-il permettre aux propriétaires et aux locataires, actuels et futurs, de souffler un peu?
Soutenir l’accès à une première propriété par certains allègements ainsi que l’aide à la rénovation par des mesures d’accompagnement. Assurer sur le territoire des logements abordables. Des démarches ont déjà été entreprises par la conseillère Brigitte Minier visant la mise en place d’une coopérative d’accès à la propriété. D’autres approches, telles celles adoptées par la Ville de Montréal, sont également à approfondir. Cette préoccupation devra être présente et en toile de fond de tous les futurs développements.

Quelques secteurs demeurent à être développés dans la municipalité comme le camping et l’ancien Motel Cabine. Il y a aussi une mode au redéveloppement comme sur la rue Saint-Georges. Comment envisagez-vous ces développements?
Mettre en valeur la nature déjà existante. Occasion rêvée d’un quartier vert dans le TOD2! MSH peut devenir une ville phare. Il faut sauver les arbres, assurer un développement harmonieux et des accès orientés vers Grande Allée pour assurer qualité et sécurité. Le développement à l’entrée de la ville devra répondre visuellement à notre préoccupation d’une ville champêtre et de nature. Quant à la rue Saint-Georges, revenons à l’idée de départ, un lieu d’ambiance.

Quelle est votre position pour le secteur névralgique de la zone A-16?
Le jugement de la Cour d’appel viendra orienter l’avenir de ce secteur. Pour nous, il est toujours d’actualité d’entreprendre des négociations sérieuses avec notre MRC pour faire reconnaître un statut particulier à MSH et pour cette zone enclavée.

Que proposez-vous pour l’avenir de l’hôtel de ville qui est jugé désuet?
À considérer dans l’esprit du développement d’un centre-ville vivant et significatif. Démolir ou rénover? Aux meilleurs coûts! Sur le même emplacement, car un centre-ville se développe autour de services stratégiques.

Si vous êtes élu(e), quelle sera votre grande priorité, le projet qui vous tient le plus à cœur?
Éviter, limiter, encadrer la densification du territoire. Mettre en place des comités de quartier. Assurer une gouvernance saine, transparente et équitable.

image