9 mars 2022
Des autobus scolaires munis de systèmes de géolocalisation
Par: Olivier Dénommée
Une quinzaine d’autobus scolaires du Centre de services scolaire des Patriotes sont depuis peu équipés de lecteurs de carte et d’un GPS. Photo gracieuseté CSSP

Une quinzaine d’autobus scolaires du Centre de services scolaire des Patriotes sont depuis peu équipés de lecteurs de carte et d’un GPS. Photo gracieuseté CSSP

Depuis le 31 janvier, certains autobus scolaires desservant le Centre de services scolaire des Patriotes (CSSP) sont munis d’un GPS et d’un lecteur de cartes pour permettre la géolocalisation du véhicule et des enfants qui s’y trouvent. D’ici deux ans, l’ensemble de la flotte en sera équipé.

Publicité
Activer le son

Le CSSP travaille depuis un certain temps sur ce projet et a mis en œuvre un projet pilote dans la dernière année. « Plusieurs événements nous ont fait prendre conscience que l’accès à des données quotidiennes sur le transport scolaire nous permettrait un suivi, une prise en charge et un traitement des situations imprévues plus efficaces. Nos collègues des autres CSS qui utilisent un système similaire nous ont fait part des avantages de la mise en place d’un tel système », explique la coordonnatrice au service du secrétariat général et des communications, Maryse St-Arnaud.

Concrètement, dans les autobus munis de ce système, les élèves doivent dorénavant présenter leur carte de transport à chaque embarquement. Cela permet au chauffeur d’identifier l’élève et au CSSP de confirmer que l’enfant est bel et bien à bord. D’ici la fin de l’année scolaire 2022-2023, tous les autobus desservant le CSSP seront dotés de ce système de géolocalisation, ce qui permettra de suivre en temps réel les déplacements de la totalité des élèves empruntant l’autobus.

Selon Mme St-Arnaud, ce nouveau système actuellement déployé dans une quinzaine d’autobus vient répondre à plusieurs besoins, comme la prise en charge plus rapide de toute « situation anormale ou urgente » pouvant survenir lors du transport. « Par exemple, en cas de panne ou d’accident, nous pouvons constater immédiatement la localisation du véhicule, identifier les élèves qui sont à bord, communiquer avec les instances concernées et mieux tenir les parents au courant des faits. » Le lecteur de carte doit aussi « diminuer les risques d’erreur » et répondre aux interrogations des parents au quotidien. « Si un enfant n’est pas rentré à la maison, on peut vérifier s’il a bien pris l’autobus et est descendu à son arrêt comme il se doit », poursuit Mme St-Arnaud. Cette mesure doit aussi permettre d’assurer un meilleur suivi d’élèves ayant des horaires atypiques ou avec des besoins particuliers.

Accueil mitigé?
Le système n’est en place que depuis quelques semaines et le CSSP assure que les enfants et leurs familles collaborent bien à cette mesure. « Les parents voient les avantages du projet », assure Maryse St-Arnaud. Un article du Journal de Montréal laisse croire que tous ne sont pas du même avis et que certains n’apprécient pas que leur enfant soit suivi à la trace par le centre de services scolaire, sans consultation. La porte-parole répond pourtant que les parents ont bien été consultés avant l’implantation du projet. Elle reconnaît que certains parents ont mentionné que l’utilisation de la carte de transport était un élément de plus à gérer pour leur enfant, mais elle croit que, « comme tout nouveau projet, il faut que tous les acteurs impliqués s’approprient le nouveau mode de fonctionnement ».

image