26 novembre 2021
Du sable dans l’engrenage pour un projet commercial près de Grande Allée
Par: Denis Bélanger

Ce sont les actionnaires de Constructions Bâtiments Québec qui sont derrière le projetcommercial projeté dans le secteur de Grande Allée. Photo Robert Gosselin | L’OEil Régional ©

Un projet commercial projeté dans le secteur de la Grande Allée à Mont-Saint-Hilaire vient de rencontrer un obstacle pour sa réalisation. La Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) refuse aux promoteurs d’utiliser les lots pour y construire des entrepôts.

Publicité
Activer le son

Une compagnie à numéro, administrée par les actionnaires de Constructions Bâtiments Québec de Saint-Mathieu-de-Belœil, a déposé une offre d’achat de trois lots d’une superficie totale de 4,48 hectares situés au sud de l’autoroute 20 et à l’ouest de la Grande Allée. La transaction n’a pas encore été complétée.

Similaire à une installation de Sainte-Julie, le projet aurait intégré des entrepôts destinés à de l’entreposage temporaire et d’accommodation. Ces entrepôts auraient notamment pu accueillir un centre du jardin, une salle de montre et un centre de location de machinerie. Les responsables du projet ont donné d’autres exemples de clients potentiels comme un cuisiniste, un fournisseur de matériel apicole, un distributeur de revêtement de plancher et un centre de location d’outillage.

Le gestionnaire de projet au nom du promoteur avait fait valoir que le site visé est approprié, car il se trouve en bordure d’un axe facile d’accès offrant une belle visibilité. « Il n’est pas possible de s’installer au centre-ville, car il ne s’agit pas de commerces de proximité, mais plutôt de commerces de destination. »

La CPTAQ a rejeté la demande, car l’usage est irrecevable en vertu des articles de lois. La CPTAQ a de plus noté que les terrains étaient situés dans un secteur à affectation agricole qualifié de « dynamique ».

Notons que ces unités de copropriétés destinées à l’entreposage ne sont qu’une composante du projet multifonctionnel imaginé par une compagnie. Le projet prévu contient aussi une station-service, un petit dépanneur et un restaurant de moins de 20 places assises; soit des usages déjà autorisés. Le projet dans son ensemble aurait été desservi par une seule rue privée et entouré d’espaces verts. L’Œil Régional a tenté de contacter les promoteurs pour obtenir un commentaire, mais ils n’ont pas été en mesure de rappeler le journaliste au moment de mettre sous presse.

image