28 octobre 2021
Réflexions sur la relève municipale
Émile Grenon Gilbert écrit un essai sur le rôle d’une municipalité
Par: Denis Bélanger

Émile Grenon GilbertPhotothèque | L’OEil Régional ©

Le conseiller municipal de Mont-Saint-Hilaire Émile Grenon Gilbert a mis sa plume à contribution pour l’ouvrage collectif 11 brefs essais pour des villes résilientes et durables – Réflexions de la relève municipale.

Publicité
Activer le son

Publié le 5 octobre dernier, l’ouvrage part de la formule classique que les villes peuvent « sauver le monde » et qu’elles ont ainsi les instruments pour mener une transition écologique. L’actionnement des leviers en la matière semble rester timide dans plusieurs villes. Les auteurs, qui sont tous des élus municipaux provenant de plusieurs régions du Québec, « tentent de pointer les failles, d’indiquer les écueils, réinventent les moyens, développent les solutions et tracent la voie vers les communautés de demain ».

Outre M. Grenon Gilbert, l’ex-mairesse de Sainte-Luce Maïté Blanchette Vézina, le conseiller municipal de Laval Stéphane Boyer et la conseillère municipale de Saint-Jean-sur-Richelieu Maryline Charbonneau ont aussi contribué au collectif.

La préface est rédigée par Jonathan Durand Folco, professeur adjoint à l’École d’innovation sociale de l’Université Saint-Paul. Pour sa part, la députée provinciale et candidate à la mairie de Longueuil, Catherine Fournier, assure la postface.

Barrières et solutions

Dans son essai, Émile Grenon Gilbert aborde notamment l’importance des biens et services écologiques (BSE), mais aussi des barrières qui freinent leur prise en compte. Il partage ainsi plusieurs solutions à mettre de l’avant.

« Il faut revoir les pratiques internes, augmenter la contribution aux fins de parcs, réformer le cadre fiscal municipal, créer une loi sur la compensation des milieux forestiers, etc. […] En résumé, les bénéfices générés par les milieux naturels méritent d’être intégrés dans le processus décisionnel afin de considérer, de façon optimale, les ressources naturelles dans une approche de développement durable. Toutefois, en l’absence d’une valeur économique allouée à ces biens et à ces services, il s’avère peu probable que ces derniers soient pris en compte dans les prises de décisions, puisqu’ils sont considérés comme étant gratuits. »

Rappelons que M. Grenon Gilbert se retire de la politique municipale à la fin de son présent mandat. Il siège au conseil municipal depuis les élections générales de 2013. Il demeure toutefois engagé et soutient d’ailleurs le parti Transition MSH de l’aspirant maire Marc-André Guertin. « Il est capable de faire atterrir les idéaux préconisés par l’essai », tient-il à ajouter.

image