28 octobre 2021
Exo souhaite réviser son modèle d’affaires
Par: Olivier Dénommée

Plusieurs municipalités, incluant Belœil, ont récemment manifesté leur appui à une démarche d’exo auprès du gouvernement du Québec afin de modifier son modèle d’affaires, dorénavant appelé « programme exobus ». Exo souhaite devenir propriétaire de ses autobus et de ses garages d’entretien, ce qui lui permettrait de profiter des aides financières pour se procurer des autobus électriques.

Publicité
Activer le son

La résolution adoptée par le conseil municipal de Belœil le 27 septembre souligne qu’exo est le seul organisme public de transport en commun (OPTC) du Grand Montréal à ne pas être propriétaire de sa flotte et de ses garages, ce qui ne le rend pas éligible aux aides financières annoncées par le gouvernement du Québec pour l’électrification des autobus dans le cadre du Plan pour une économie verte 2030 (PEV 2030). La résolution considère donc que « le modèle d’affaires de l’OPTC exo a tout avantage à évoluer afin que l’organisation devienne propriétaire progressivement des autobus et des garages, tout en maintenant l’exploitation et l’entretien en ayant recours à des transporteurs spécialisés pour assurer le service » et demande au ministère des Transports de répondre favorablement à la proposition d’exo.

Le porte-parole d’exo Jean-Maxime St-Hilaire précise que plus d’une dizaine de municipalités ont adopté des positions similaires à celle de Belœil. Selon lui, le programme exobus devrait permettre de « générer des économies à long terme qui permettront une plus grande latitude pour bonifier les services rendus aux citoyens [et] permettre à exo de limiter ses émissions de GES grâce à une flotte d’autobus verts ». Il précise que ce programme, qui devrait s’étaler sur 20 ans, en est toujours à l’étape du démarrage.

image