14 Décembre 2022
Un entraîneur de sports équestres accusé de crimes sexuels
Francis Berger aurait fait plusieurs victimes
Par: Denis Bélanger
Francis Berger. Photo gracieuseté

Francis Berger. Photo gracieuseté

Un entraîneur de sports équestres de Mont-Saint-Hilaire, Francis Berger, est accusé d’avoir commis plusieurs crimes de nature sexuelle à l’endroit d’au moins deux victimes. Le suspect de 54 ans a été arrêté la semaine dernière par la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent (RIPRSL). Il avait toutefois été suspendu depuis le mois de mai par Cheval Québec, la fédération des sports équestres.

Publicité
Activer le son

Francis Berger fait face à six chefs d’accusation, dont agression sexuelle, contacts sexuels et incitation à des contacts sexuels. Les délits reprochés seraient survenus entre le 6 juin 2004 et le 1er avril 2022. Selon la RIPRSL, l’accusé pourrait avoir fait d’autres victimes. Le corps policier sollicite le public afin d’identifier d’autres victimes potentielles. Toute information au sujet de cet homme ou de ses agissements peut être transmise de façon confidentielle au 450 922-7001, poste 399.

Notons que la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée dans ce dossier. « Il s’agit d’une structure de commandement unifiée au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier rapidement les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation », explique par voie de communiqué le capitaine de la RIPRSL, Christian Cameron.

Francis Berger était entraîneur au centre équestre South Shore Farm de Mont-Saint-Hilaire, dont il est propriétaire selon le Registre des entreprises du Québec.

Centre équestre South Shore Farm de Mont-Saint-Hilaire.Photo François Larivière | L'Œil Régional ©

Centre équestre South Shore Farm de Mont-Saint-Hilaire. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Le quinquagénaire a comparu le 5 décembre au palais de justice de Saint-Hyacinthe et reviendra devant le tribunal le 23 janvier prochain. Il a été remis en liberté et doit respecter plusieurs conditions. Il lui est interdit de tenter de communiquer avec des mineures. Il ne peut pas non plus occuper un poste rémunéré ou bénévole qui le placerait en situation de confiance ou d’autorité envers une mineure. Il peut se trouver en présence d’une fille mineure pour laquelle il dispense un service dans le domaine équestre, comme une pension de cheval, seulement si un adulte responsable de l’enfant est présent et au courant des accusations.

Exclu

Francis Berger a été exclu en mai dernier par Cheval Québec, lorsque l’Officier des plaintes a été mis au fait des allégations. L’accusé a été mis à l’écart de toutes activités sanctionnées au niveau provincial et national. « Les principaux intervenants ont été avisés de cette exclusion dans le but de protéger les victimes et victimes potentielles, commente la directrice générale de Cheval Québec, Eve-Marie Frappier. Nous déplorons cette situation et supportons les victimes. Nous encourageons aussi les victimes potentielles à contacter les autorités. »

L’Officier des plaintes, une ressource entièrement indépendante, a été instauré pour les fédérations sportives en 2020 dans le cadre de l’application de la Politique en matière de protection de l’intégrité dans le milieu sportif instauré pour les fédérations. « On constate que le mécanisme de la création d’une entité impartiale et indépendante fonctionne parce que cette dénonciation a été portée à l’attention de l’Officier des plaintes et a permis l’exclusion de ce membre. C’est très important pour Cheval Québec de savoir que ses membres, athlètes ou pratiquants de l’activité équestre puissent avoir confiance au système pour maintenir un cadre sain et sécuritaire du sport », a renchéri Mme Frappier.

image