25 janvier 2023
Finaliste à Miss Québec
Julie Gagnon veut inspirer d’autres femmes
Par: Denis Bélanger
Julie Gagnon Photo gracieuseté

Julie Gagnon Photo gracieuseté

La résidente de Sainte-Madeleine Julie Gagnon aimerait inspirer plusieurs femmes à avoir confiance en elles afin de pouvoir, entre autres, contrer l’intimidation. Voilà le «pitch» de vente qu’elle lance pour le vote du public dans le cadre du concours de personnalité Miss Québec 2023.
Publicité
Activer le son

Julie Gagnon, 28 ans, a rencontré les représentants de ce concours l’an dernier lors d’un événement à Saint-Hyacinthe. « J’ai trouvé que c’était une belle initiative, car ce n’est pas un concours de beauté, mais bien de personnalité. Il n’y a pas de défilé en maillot. »

Pour Julie, ce concours est l’occasion de montrer à d’autres femmes que tout est possible quand la persévérance et la résilience sont au rendez-vous. « Native de la Beauce, j’ai grandi dans une famille de sept enfants où j’étais la plus grande. Je ne l’ai pas eu facile. Des gens n’ont pas cru en moi et j’ai été intimidée. J’ai réussi à atteindre mon objectif d’être financièrement indépendante et d’avoir ma propre entreprise. »

En effet, la finaliste de Miss Québec a un parcours professionnel assez rempli. Elle a étudié dans le domaine de la planification financière et elle a possédé sa propre entreprise pendant cinq ans. Par la suite, elle a conduit des pelles mécaniques et travaillé dans une érablière ainsi que chez TVA. Aujourd’hui, elle possède une franchise de Jordal, une entreprise de vêtements et d’articles promotionnels, et elle fait également de l’animation avec l’entreprise locale Le Gars du son.

Un long processus

La finale provinciale se tiendra le 21 mai prochain au Quartier DIX30 de Brossard où on retrouvera environ une vingtaine de finalistes pour la catégorie Miss Québec. Le vote du public commencera d’ailleurs le 26 janvier.

Julie Gagnon a suivi un long processus avant de se rendre à cette étape du concours.

Elle a dû d’abord passer une entrevue au printemps dernier avec les organisatrices du concours pour expliquer ses motivations. Puis, elle a dû faire une bonne action et l’expliquer dans un texte.

« J’ai passé une journée entière avec une personne qui a été victime d’un accident et qui se retrouve maintenant handicapée. Elle a pu me raconter sa réalité quotidienne. Je lui ait fait un cadeau, je lui ai donné une casquette avec le nom de sa voiture préférée. Je connaissais cette personne par l’intermédiaire d’un membre de ma famille. »

Par la suite, Julie Gagnon a participé à une journée d’activités où les candidates étaient évaluées sur leur attitude, leur camaraderie et leur esprit de participation. Puis, le 4 décembre, lors du gala de présélection qui servait à déterminer les finalistes, Mme Gagnon a dû notamment tenir un très court discours de dix secondes et effectuer une démarche sur scène. « Je ne suis pas quelqu’un de gênée dans la vie. Mais là, j’ai un peu petit stress alors qu’il fallait se vanter. C’était un contexte bien différent », admet-elle.

Cette dernière se sent maintenant zen vis-à-vis la grande finale. « Oui, je suis confiante. Mais toutes les femmes ont quelque chose à apporter » , termine Julie Gagnon, dont le slogan est « Une journée sans rire est une journée perdue ».

Pour consulter le profil de Julie Gagnon : www.missquebec.ca/julie-g.

image