25 mai 2022
La Chambre de commerce fusionne et s’agrandit
Par: Vincent Guilbault
La directrice générale et le président de la Chambre de commerce et d’industrie de la Vallée-du-Richelieu, Julie La Rochelle et Luc Bertrand. Photo gracieuseté

La directrice générale et le président de la Chambre de commerce et d’industrie de la Vallée-du-Richelieu, Julie La Rochelle et Luc Bertrand. Photo gracieuseté

La Chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu (CCIVR) s’agrandit et couvrira un plus grand territoire en fusionnant avec la Chambre de commerce et d’industrie du Bassin de Chambly (CCIBC).

Publicité
Activer le son

Au cours d’une assemblée de ses membres tenue le 11 mai dernier, la CCIBC a adopté la dissolution de la Chambre et les membres ont signifié leur ouverture à ce que le territoire couvert par la CCIBC (Chambly, Carignan, Richelieu et Saint-Mathias-sur-Richelieu) ainsi que les 265 membres actifs soient intégrés dans la CCIVR, qui compte 348 membres. De leur côté, les membres de la CCIVR ont entériné, jeudi dernier, l’agrandissement de son territoire.

Le président de la CCIVR, Luc Bertrand, a souligné que cette « nouvelle collaboration permettra non seulement d’étendre [les] territoires respectifs, mais aussi de multiplier le réseautage entre les membres ».

La directrice de la CCIVR, Julie La Rochelle, a ajouté que cette fusion n’offre que des avantages pour les deux territoires. « Leur région ressemble beaucoup à ici. Ce sont les mêmes enjeux [d’affaires]. » Elle souligne par exemple l’enjeu des fuites commerciales vers les grands centres ou la pénurie de main-d’œuvre.

Mme La Rochelle souligne aussi que les membres de l’ancienne chambre se joignent aujourd’hui à une organisation plus solide, autant au niveau du financement que de ses employés permanents. « Leur chambre n’avait qu’un seul employé à la permanence pour faire tout ce dont il rêvait. L’organisation avait une belle vision et venait de faire son plan stratégique, mais n’avait pas les moyens de ses ambitions. »

La présidente de la CCIBC, Anik Cormier, a abondé dans le même sens que Mme La Rochelle, soulignant que « la communauté d’affaires de la CCIBC est grandissante et dynamique », mais que les moyens financiers de la CCIBC ne permettaient pas de « mettre en œuvre son beau plan d’action ».

Selon le Journal de Chambly, la CCIBC était déficitaire depuis trois ans. Toutefois, la CCIBC, en fermant ses livres, n’impactera pas les finances de la CCIVR. Il faut seulement maintenant qu’Industrie Canada entérine la fusion, précise Mme La Rochelle, ce qui devrait se faire sans anicroche.

Julie La Rochelle pense aussi que la communauté d’affaires de toute la région de la Vallée-du-Richelieu aura une voix plus forte auprès des différentes instances politiques de la Montérégie, notamment la MRC de La Vallée-du-Richelieu que la Communauté métropolitaine de Montréal.

Arrimer deux chambres

Avec la fusion, la CCIVR a aussi embauché Simon Derome, l’unique employé de la permanence de la CCIBC. De plus, trois membres d’administration du conseil exécutif de la CCIBC devraient siéger sur le conseil de la CCIVR. Trois postes devront notamment être renouvelés et soumis à un vote lors de l’assemblée annuelle de la CCIVR, en juin prochain, et la directrice Julie La Rochelle estime que ces trois sièges vont revenir à ces trois membres, selon la volonté des deux organismes. Leur élection ne serait qu’une technicalité, selon elle.

Pour la suite, la CCIVR travaille actuellement à arrimer plusieurs projets, notamment les deux campagnes d’achat local, le calendrier des événements de la prochaine saison, ainsi que le Gala Grand Richelois. La CCIVR va d’ailleurs modifier ses critères d’admissibilité afin que les entreprises et organismes du territoire de la CCIBC puissent également déposer leur candidature, à condition qu’elles respectent les autres critères déjà établis.

image