20 octobre 2021
Demers Ambulances
La première ambulance électrique sera construite ici
Par: Olivier Dénommée
La toute première ambulance 100 % électrique au monde, Demers eFX, a été présentée en grande pompe le 18 octobre chez Demers Ambulances, à Belœil. Elle devrait faire son apparition sur nos routes dans la prochaine année. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

La toute première ambulance 100 % électrique au monde, Demers eFX, a été présentée en grande pompe le 18 octobre chez Demers Ambulances, à Belœil. Elle devrait faire son apparition sur nos routes dans la prochaine année. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

À droite, on reconnaît le président de Demers Ambulances, Alain Brunelle, qui fait visiter les installations de l’entreprise au ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

À droite, on reconnaît le président de Demers Ambulances, Alain Brunelle, qui fait visiter les installations de l’entreprise au ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

L’ambiance était à la fête lundi dans les locaux de Demers Ambulances, situés sur la rue Richelieu à Belœil, et pour cause : l’entreprise annonçait en grande pompe, en partenariat avec La Compagnie Électrique Lion, la venue du modèle Demers eFX, la toute première ambulance 100 % électrique au châssis spécifiquement conçu pour une ambulance.

Publicité
Activer le son

L’ambulance Demers eFX est le fruit de cinq années de collaboration entre Demers Ambulances et Lion. Il s’agit d’un modèle « conçu pour les paramédics, avec les paramédics », qui vient répondre à leurs besoins, autant au niveau de la sécurité et de l’efficacité que de l’ergonomie et du confort. La mise en service du nouveau modèle, la 11e génération d’ambulances pour Demers Ambulances, est prévue pour la seconde moitié de 2022 et on espère vendre pas moins de 1500 véhicules au cours des cinq prochaines années. « On veut rendre la vie meilleure, un véhicule et une relation à la fois », commente Alain Brunelle, président de Demers Ambulances.

À la conquête de la planète
Le châssis Lion5 de l’ambulance Demers eFX sera assemblé à Saint-Jérôme par Lion, mais le compartiment médical et l’assemblage final seront réalisés par Demers Ambulances à Belœil. La nouvelle ambulance 100 % électrique, dotée d’une autonomie de 200 km par charge, sera commercialisée à l’échelle de l’Amérique du Nord et, éventuellement, à l’échelle mondiale, puisque les véhicules Demers Ambulances sont déjà en service dans 43 pays. La conception de cette ambulance a été rendue possible grâce au soutien du gouvernement du Québec et du Programme d’aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada.

Les partenaires sont confiants de voir le Demers eFX devenir la nouvelle norme au cours des prochaines années dans le milieu du transport hospitalier, ici comme ailleurs. « C’est un modèle de société qu’on est en train de construire », estime Marc Bédard, président fondateur de Lion, qui ajoute que « ce n’est que le début », puisque le châssis Lion5 pourra être utilisé dans plusieurs autres types de véhicules. D’ailleurs, d’autres annonces seraient à prévoir en 2022, laisse-t-on entendre.

Trois ministres, des paliers fédéral et provincial, étaient présents pour l’annonce et n’avaient que de bons mots pour ce partenariat entre Demers Ambulances et Lion. « C’est une journée historique, soutient François-Philippe Champagne, ministre canadien de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie. Ça concrétise le fait que le Québec est chef de file de l’électrification et mon souhait est de voir l’ambulance 100 % électrique devenir la référence mondiale. »

Deux ministres provinciaux étaient aussi de la partie lundi. Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable du Développement économique régional, n’a pas hésité de parler d’une « révolution dans le monde du transport hospitalier », tandis que Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux, a louangé l’arrivée de ce nouveau modèle d’ambulance, qu’il compare à un « mini-hôpital ». « C’est une très très belle journée. Ça prenait de la vision et les paramédics auront droit à un environnement de travail extraordinaire. »

Manifestation
Seule ombre au tableau de cette journée autrement festive : un « comité d’accueil » formé d’une trentaine de paramédics de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) attendait le ministre Dubé à l’entrée du site de Demers Ambulances pour lui rappeler que les négociations pour le renouvellement de leurs conventions collectives n’étaient pas terminées. « Les paramédics de la CSN sont allés lui rappeler que si son ministère reconnaissait notre travail à sa juste valeur, nous ne serions pas en pleine grève! », a commenté Jean Gagnon, représentant du secteur préhospitalier à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), dénonçant la première offre patronale déposée le 6 octobre.

image