22 octobre 2021
Réfection du complexe aquatique
La Ville doit encore ouvrir le robinet
Par: Denis Bélanger

La facture de la rénovation du complexe aquatique de Mont-Saint-Hilaire grimpe jusqu’à 13 M$, soit 2 M$ de plus que les dernières estimations dans ce projet. La Municipalité assure toutefois que cette augmentation n’aura aucun impact sur le compte de taxes des citoyens.

Publicité
Activer le son

Les montants des soumissions pour les travaux étaient beaucoup plus élevés que prévu. Le contrat a été accordé au montant de 12,3 M$ à l’entreprise Constructions Bâtiments Québec, de Saint-Mathieu-de-Belœil. Une seule autre entreprise, Axe Construction, avait déposé une soumission, qui était plus élevée de 1,2 M$.

Dans l’analyse des soumissions, la Ville a remarqué une hausse dans tous les domaines, dont les coûts des structures d’acier et de bois, de la mécanique du bâtiment ainsi que de la ventilation, pour en nommer quelques-uns.

« Il y a également une hausse des prix liés à la garantie de ces derniers. Ce seul facteur coûte de plus en plus cher aux municipalités. Dans le milieu municipal, il faut compter un délai de 90 jours pour l’adoption d’une résolution par le conseil, sans laquelle la Ville ne peut aller de l’avant, explique la porte-parole Julie Benjamin. Les garanties de prix sont souvent en deçà d’un délai de 30 jours du côté des entrepreneurs et fournisseurs, et ce, à cause de la variation de plus en plus accentuée des prix des matériaux. »

La Municipalité souligne aussi que le projet comporte un niveau de difficulté additionnel puisque l’entrepreneur doit reconstruire un bâtiment en tenant compte des installations existantes. « Ce niveau de complexité a un impact sur les coûts », ajoute Mme Benjamin.

Le maire Yves Corriveau se dit toutefois heureux que le projet soit réalisé par Constructions Bâtiments Québec. « Ce sont eux qui ont fait la caserne et ça s’était très bien passé. Le projet était bien géré. »

Dans les surplus

Les élus ont dû donc modifier le règlement autorisant les dépenses des travaux lors de la séance ordinaire du conseil municipal du 4 octobre. Le montant total permis à dépenser est passé de 10,7 M$ à 13,078 M$. Le manque à gagner sera puisé à partir des surplus de la Municipalité. Le montant du règlement d’emprunt, lequel a une incidence sur les taxes, demeure à 6 M$.

En avril dernier, la Municipalité avait rapporté que le projet devrait entraîner une augmentation de 1,49 % sur le compte de taxes des résidents. Pour le propriétaire d’une résidence moyenne, cela représente un montant annuel de 39,38 $, et ce, sur une période de 20 ans.

Le centre aquatique de Mont-Saint-Hilaire est fermé depuis novembre 2019 après qu’une firme d’experts ait détecté des problèmes structurels importants pouvant menacer la sécurité des usagers et des employés. Les problèmes se situaient dans la partie la plus ancienne du bâtiment construit en 1966. En février 2020, avant que la crise de la COVID-19 n’éclate, la Ville a déposé une demande de subvention au gouvernement provincial pour le projet de réfection qui était alors estimé dans les 9 M$. Les élus avaient écarté l’option d’une construction entièrement neuve, qui aurait pu coûter à l’époque jusqu’à 28 M$.

Mont-Saint-Hilaire espérait une ouverture au public à l’automne 2022, mais la rareté des matériaux a entraîné des retards dans l’échéancier. Les baigneurs devront attendre jusqu’à 2023.

image