27 avril 2022
L’ami de tous
Par: Denis Bélanger

Denis Bélanger

Le Québec a perdu une véritable légende du hockey la semaine dernière à la suite du décès de Guy Lafleur. Ce véritable glorieux n’a laissé personne indifférent. Depuis vendredi, j’entends et lis des histoires de tous les genres. Chaque personne avait quelque chose à raconter sur le Démon blond. On voulait tous un peu se l’approprier, et c’est bien correct, car il était l’ami de tous.

Publicité
Activer le son

Dans le cadre du tournoi bantam de Belœil en 2011, un des membres du comité organisateur, Frédéric Brisson, avait organisé une partie des anciens Canadiens qui comptaient Lafleur dans leur alignement. M. Brisson avait eu l’occasion de discuter longuement avec Guy Lafleur et c’était comme si les deux se connaissaient depuis toujours!

Une ancienne collègue, maintenant choriste pour l’émission En direct de l’univers, a constaté sur le plateau samedi dernier que Guy Lafleur était l’ami de tous. Le hasard a voulu que l’invité de la semaine soit l’ancien arbitre et animateur Ron Fournier. Sa présence était confirmée bien avant le décès du quintuple vainqueur de la Coupe Stanley. Les responsables de l’émission ont néanmoins profité de l’occasion pour rallonger le show et y inclure une portion hommage à Guy Lafleur.

Un ancien joueur professionnel de Mont-Saint-Hilaire, encore impliqué aujourd’hui dans le milieu du hockey, JP O’Connor, a eu l’occasion de croiser Lafleur grâce à Chris Nilan. L’ancien homme fort du Canadien était un bon ami du Démon blond et avait aussi été entraîneur dans les rangs professionnels d’O’Connor.

Pour ma part, contrairement aux autres grands Maurice Richard et Jean Béliveau, j’ai eu la chance de voir jouer Guy Lafleur au petit écran. C’était toutefois vers la fin de sa carrière et il portait alors l’uniforme des « ennemis jurés du Canadien », les Nordiques de Québec. Je n’ai toutefois jamais eu la chance de le rencontrer en personne ni de l’interviewer. Sur le plan professionnel, mon lien le plus proche est une entrevue réalisée au Saguenay, il y a 20 ans exactement, à ma dernière année d’études avec Yves Saint-Cyr. Cet homme originaire de Valleyfield vouait une énorme admiration pour l’ancien numéro 10 qui, au fil des années, s’est transformée sans aucune surprise en amitié. M. Saint-Cyr faisait à l’époque la tournée des médias pour promouvoir un livre qu’il avait écrit sur Guy Lafleur. Un bouquin qui permet d’en apprendre beaucoup sur Flower. L’ouvrage s’intitulait Guy Lafleur : Le dernier des vrais! Il faut admettre que, 20 ans après la sortie de son livre, Guy Lafleur est toujours le dernier des vrais.

Je me permets d’imaginer que les amateurs font déjà la file dans le ciel pour serrer la pince de cette légende. J’imagine mon grand-père, à qui je dois ma passion pour le hockey, se dépêcher d’aller s’excuser de l’avoir hué légèrement quand il portait l’uniforme des Nordiques. J’ai eu une autre pensée pour notre ancien collègue de L’ŒIL, Gilbert Desrosiers, décédé en mars 2021. Il était aussi un grand amateur de hockey. J’imagine déjà l’ami Déro tenter de recruter Guy Lafleur dans son équipe de ligue de garage!

*Merci à Denis d’avoir pris le relais pour l’éditorial cette semaine.

image