12 janvier 2022
L’Association des citoyens veut un statut particulier
Par: Denis Bélanger

L’ACMSH craint qu’un développement entraîne notamment une augmentation de la circulation sur le chemin de la Montagne et une diminution de la qualité de vie.Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

La pression sur le conseil municipal de Mont-Saint-Hilaire concernant le sort de la zone A-16 continue de venir de plusieurs fronts. L’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH) demande de son côté formellement à la Ville d’obtenir un statut particulier pour le secteur.

Publicité
Activer le son

Selon l’ACMSH, le statut particulier permettra de diminuer la densité et fixer un plafond afin de protéger la totalité des boisés ainsi que de préserver l’harmonie avec le piémont et le patrimoine naturel et bâti. L’Association insiste sur le fait que cette solution ne doit encourir aucun coût pour les citoyens. Une pétition a été initiée à cet effet et avait recueilli plus de 1600 au moment de mettre sous presse.

« La préservation de la qualité de vie à Mont-Saint-Hilaire n’est qu’une question de volonté des élus municipaux. Les choix pris pour ce secteur patrimonial auront des conséquences déterminantes et irrémédiables pour les générations futures de Mont-Saint-Hilaire », peut-on lire sur le texte de la pétition.

L’ACMSH invite tous les citoyens à interpeller les élus, notamment lors de la prochaine séance ordinaire du conseil municipal qui aura lieu le 17 janvier en mode virtuel. « Maintenant, le moment est venu où chaque citoyen se doit d’agir pour faire valoir à travers cette pétition les préoccupations citoyennes pour l’environnement et la qualité de vie dans notre ville », ajoutent les instigateurs de la pétition.

Rappelons que l’ACMSH est un joueur actif dans ce dossier depuis des années en exerçant des pressions auprès du conseil municipal pour limiter le plus possible le développement dans la zone. Le regroupement formel des citoyens avait d’ailleurs pu avoir des représentants sur les comités de la zone A-16 et du plan métropolitain d’aménagement durable (PMAD). En décembre 2020, l’ACMSH avait même déposé une étude sur la valeur écologique du secteur qui statuait que la zone A-16 à Mont-Saint-Hilaire constituait une zone tampon importante pour la Réserve naturelle Gault.

Notons que trois actuels conseillers municipaux ont eu une implication notable au sein de l’ACMSH. D’un côté, Isabelle Thibeault et Claude Rainville, de Transition MSH, ont siégé aux comités en tant que représentants de l’Association. On se souvient d’ailleurs qu’en fin de campagne électorale, le président actuel de l’Association, Pierre Nault, avait fait une sortie médiatique pour souligner que les travaux du comité du PMAD avaient ouvert la porte à un développement de haute densité sur le chemin Ozias-Leduc. De l’autre côté, Marcel Leboeuf, de Mouvement citoyen, était membre de l’ACMSH jusqu’à ce qu’il se lance en politique.

image