17 février 2021
Belœil
Le golf doit être un enjeu électoral, selon Réginald Gagnon
Par: Sarah-Eve Charland

Le candidat à la mairie Réginald Gagnon.Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Le conseiller municipal et candidat à la mairie de Belœil Réginald Gagnon souhaite reporter le processus lié au changement de zonage du terrain de golf après les élections afin d’en faire un enjeu électoral. Il espère ainsi que les deux autres partis électoraux dévoilent leur position dans le dossier afin de donner la chance à l’ensemble de la population de voter en conséquence.

Publicité
Activer le son

Une demande de changement de zonage a été déposée par Habitations Mont-Royal l’été dernier. Le conseil s’est penché sur la question en début d’année. Tout laisse croire que le règlement pourrait être soumis à adoption en séance du conseil ce printemps.

« Si le conseil met en branle le processus de règlement, le critère ne sera plus celui d’un consensus, mais bien d’une majorité simple des votes des citoyens des zones contiguës. Pourquoi ne pas attendre l’élection, qui aura lieu sept mois après le dépôt du règlement? », questionne M. Gagnon.

À l’instar des commentaires des opposants au projet du golf, le candidat soutient que le débat est inégal entre le Club de golf Belœil et les opposants. Il ajoute que le Golf a engagé un communicateur professionnel, a installé des affiches surdimensionnées, a acheté des pages [publicitaires] dans L’Œil Régional et a envoyé des encarts par la poste.

« Et si la Ville continue de ne rien faire par pure complaisance envers la position du Golf, il y a un danger réel pour que le Golf puisse ‘’acheter’’ la victoire en dépensant sans compter pour convaincre les [personnes habiles à voter] », souligne M. Gagnon.

Le conseiller suggère de déterminer une formule, qui serait convenue entre les deux partis, afin de plafonner les dépenses admises pour promouvoir les idées sur la table par les deux groupes en opposition sur la question du golf. Il aimerait aussi proposer que la Ville rembourse une partie des dépenses des défenseurs du parc. Le tout se déroulerait dans le cadre de la tenue d’un registre, une étape dans la modification de zonage qui touche une partie des électeurs en zone contiguë. M. Gagnon reconnaît toutefois ne pas savoir si le tout est réalisable ou si les villes ont les compétences d’agir pour mieux contrôler le débat.

image