13 juillet 2022
Le jeu libre permis dans la rue à Mont-Saint-Hilaire
Par: Denis Bélanger
Stéphanie Roy, au centre, entourée de voisins vivant sur la rue Éperviers à Mont-Saint-Hilaire, là où le jeu libre est maintenant permis Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Stéphanie Roy, au centre, entourée de voisins vivant sur la rue Éperviers à Mont-Saint-Hilaire, là où le jeu libre est maintenant permis Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Les résidents de la rue des Éperviers à Mont-Saint-Hilaire peuvent avoir l’esprit un peu plus tranquille pour leurs enfants. Cette voie de circulation est la toute première de la municipalité à être désignée « rue où le jeu libre est permis ». Cette initiative découle d’une demande des citoyens du secteur.
Publicité
Activer le son

Il y a deux ans, Stéphanie Roy a déposé une pétition pour faire réduire la vitesse des automobilistes de la rue des Éperviers au comité de circulation et de sécurité publique de la Ville. « La limite était de 40 km/h, mais des conducteurs ne la respectaient pas. La situation était un danger constant pour nos enfants. Notre rue donne accès à un autre quartier et les véhicules qui y circulent le faisaient souvent rapidement afin d’arriver dans leur quartier », ajoute la mère de famille.

L’une des solutions envisagées a été celle de permettre officiellement le jeu libre dans la rue pour pouvoir imposer une limite de 30 km/h. Cette désignation a aussi pour but de favoriser la pratique de saines habitudes de vie chez les jeunes. Mont-Saint-Hilaire a analysé le dossier et a conclu que la rue répondait aux critères d’admissibilité. De plus, au moins les deux tiers des résidents étaient en faveur de la désignation.

Les élus de Mont-Saint-Hilaire ont adopté en septembre dernier la résolution pour permettre officiellement le jeu libre dans la rue. L’ajout de panneaux d’affichage devrait se faire prochainement. D’ici la venue de la signalisation, la Ville pourrait mettre en place des mesures temporaires, comme l’installation d’une remorque radar.

« Nous sommes très fiers de cette conclusion et souhaitons que cela ait un impact réel sur la vitesse de notre rue. Les familles sont heureuses à l’idée de pouvoir offrir un quartier sécuritaire à leurs enfants. C’est aussi une belle nouvelle pour la dizaine de jeunes demeurant dans la rue », conclut Stéphanie Roy. Cette dernière invite les résidents des rues avoisinantes à se sensibiliser aux nouvelles règles.

Au moment de mettre sous presse, la rue Salaberry avait aussi été désignée « rue où le jeu libre est permis ».

image