15 Décembre 2021
Le naturel et l’usiné se rencontrent à La Maison amérindienne
Par: Olivier Dénommée
Naturel et usiné se veut une exposition ludique où l’artiste Sylvain Rivard a jumelé des matières nobles et synthétiques avec des techniques ancestrales. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Naturel et usiné se veut une exposition ludique où l’artiste Sylvain Rivard a jumelé des matières nobles et synthétiques avec des techniques ancestrales. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

L’œuvre « Bingo » est celle qui retient le plus l’attention des visiteurs, selon les observations de Sylvain Rivard. Photo Louis-Daniel Vallée

L’œuvre « Bingo » est celle qui retient le plus l’attention des visiteurs, selon les observations de Sylvain Rivard. Photo Louis-Daniel Vallée

Depuis le 16 octobre et jusqu’au 30 janvier 2022, La Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire accueille l’exposition Naturel et usiné de l’artiste pluridisciplinaire Sylvain Rivard. Cette exposition où se superposent les matières nobles et synthétiques est le fruit de la démarche des dernières années de l’artiste.

Publicité
Activer le son

Naturel et usiné est une façon pour Sylvain Rivard de montrer une dualité, par exemple entre le papier et la peau, le chaud et le froid, le noble et le plastique ou encore la « canayennerie » et l’autochtonie qui cohabitent, en utilisant le jouet, la poupée et la figurine comme « véhicule ludique ». « Ça me permet de passer un message qui dérange moins que si j’avais fait quelque chose de gore et lugubre », estime le créateur, qui traite à travers son exposition de sujets parfois très sensibles.

Lieux communs
Sylvain Rivard s’avoue surpris de constater que, parmi les œuvres de Naturel et usiné qui retiennent le plus l’attention, on retrouve « Bingo », une robe créée à partir de cartes de bingo en référence au fait que les bingos étaient des lieux de rencontres où se retrouvaient les Canadiens-Français et les Autochtones depuis les années 50. « Les gens disent que ça leur parle beaucoup, sans pouvoir dire pourquoi », remarque l’artiste. D’autres créations suscitent la nostalgie, à son grand plaisir.

Dans ses sculptures, Sylvain Rivard aime utiliser des techniques ancestrales apprises quand il était encore enfant pour créer de l’art contemporain, mais il le fait aussi à travers ses livres jeunesse, dans le but de mieux éduquer un plus grand nombre de personnes à l’art et à la culture autochtone. « Je trouve que l’art est très mal enseigné au Québec. On se contente de le voir comme un divertissement. Mais quand je présente mon art aux enfants, ça les amène ailleurs, dans leur propre monde. » Il espère aussi que nombreux seront ceux qui oseront découvrir son exposition. « Découvrir l’univers de l’art contemporain, c’est une façon de se trouver soi-même. J’ai vu des hommes [qui n’avaient pas de prédisposition face à l’art] qui ont participé au rituel de l’exposition et qui y ont pris plaisir. Je pense aussi qu’à la veille des fêtes, une exposition avec des poupées et des jouets peut prendre une tout autre signification pour les visiteurs. »

L’exposition Naturel et usiné de Sylvain Rivard est présentée à La Maison amérindienne (510, montée des Trente, Mont-Saint-Hilaire) jusqu’au 30 janvier 2022, avant d’entreprendre une itinérance à travers le Québec. Pour plus d’informations sur l’exposition : 450 464-2500.

image