28 octobre 2021
Le parc de La Maison amérindienne change à nouveau de nom
Par: Denis Bélanger

Le parc de l’Érablière. Photo François Larivière | L’OEil Régional ©

La Commission de toponymie du Québec a accepté de modifier le nom du parc ceinturant La Maison amérindienne, à Mont-Saint-Hilaire. Le patronyme Cardinal a été officiellement enlevé pour rebaptiser l’endroit parc de l’Érablière, nom que l’endroit portait avant septembre 2014. Le changement a été officialisé le 7 octobre dernier.

Publicité
Activer le son

Rappelons que le dossier du nom du parc est revenu à l’agenda le printemps dernier à la demande du conseil d’administration de La Maison amérindienne. Ce dernier estimait que le nom de parc d’Érablière-Cardinal était inapproprié pour plusieurs raisons, dont le fait que Gilles Cardinal avait tenté de vendre sa propriété à un promoteur qui y aurait réalisé un ensemble résidentiel.

Le maire Yves Corriveau avait ainsi décidé de soumettre le dossier au Comité de toponymie et de patrimoine pour trancher la question. Le comité a recommandé que le nom du parc soit modifié, recommandation entérinée officiellement par résolution des élus en juin.

Le parc de l’Érablière avait été nommé officiellement le 9 septembre 2014 en hommage à l’ancien propriétaire des lieux, Maurice Cardinal. Il a été propriétaire de l’érablière de 1953 à 1989. Après s’être départi de la propriété, M. Cardinal a continué d’exploiter la salle de réception jusqu’en 1995. Il a également été conseiller municipal à Mont-Saint-Hilaire. Ce changement de nom à l’époque découlait d’une recommandation faite par le comité le 31 octobre 2013, laquelle a été entérinée par les élus le 11 novembre suivant.

Déception

Le fils de Maurice Cardinal, Gilles, est extrêmement déçu de la tournure des événements. Il avait notamment instigué une pétition, signée par une centaine de personnes, pour inciter la Municipalité à conserver le nom. « Je ne suis malheureusement pas surpris. Quand je vais vendre ma maison, j’envisage fortement de quitter Mont-Saint-Hilaire. Je n’ai pas le goût de rester dans un endroit où un gars qui y a donné 50 ans de sa vie n’est pas respecté. »

De son côté, le président de La Maison amérindienne, Richard Ruest, assure qu’à aucun moment il n’a voulu diminuer l’importance de l’implication de Maurice Cardinal comme citoyen dans la vie communautaire de Mont-Saint-Hilaire. «Son nom devrait plutôt être associé par la Ville à un autre lieu qu’au dossier de l’érablière. »

M. Ruest ajoute que ce dossier est maintenant clos. « Notre souci maintenant, c’est qu’en lien avec le Centre de conservation de la nature et l’appui des prochains élus de Mont-Saint-Hilaire, le parc de l’Érablière devienne un milieu naturel protégé à perpétuité, toujours ouvert à la population, mais dans le respect de la Terre-Mère. »

image