11 mai 2022
Redéveloppement sur le site de l’ancien hôtel Montagnard
Le projet mixte franchit un pas de plus vers sa réalisation
Par: Denis Bélanger
Le Montagnard a été vendu l’été dernier au montant de 3,75 M$. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le Montagnard a été vendu l’été dernier au montant de 3,75 M$. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le futur projet de redéveloppement sur le site de l’ancien hôtel Montagnard, situé sur la 116 à Mont-Saint-Hilaire, vient d’obtenir un premier feu vert de la Municipalité. Le promoteur doit encore remplir quelques conditions pour pouvoir réaliser son ensemble résidentiel.
Publicité
Activer le son

Plus précisément, le Comité consultatif d’urbanisme (CCU) a donné une orientation préliminaire favorable en avril. Notons que le maire Marc-André Guertin était présent à la table de la dernière réunion du comité pour entendre les présentations et explications du promoteur à ce sujet. Le CCU avait donné en février une orientation défavorable, car plusieurs composantes dérogeaient à la réglementation en vigueur.

Rappelons que le Montagnard a été vendu le 2 juillet dernier à la société en commandite Habitations Aera Saint-Hilaire, notamment administrée par les actionnaires de Gestion Rodier, de Saint-Hyacinthe. L’autre entreprise impliquée dans la société en commandite est Kastello Immobilier, de Brossard. La société en commandite a finalisé en décembre l’achat de deux propriétés voisines du Montagnard, soit un bâtiment hébergeant l’entreprise de construction Groupe BR et le bâtiment bleu hébergeant une clinique d’ostéopathie.

164 logements

Sur les trois propriétés d’Habitations Aera Saint-Hilaire, le projet mixte propose maintenant 164 logements, soit dix de moins que la première mouture, qui seront répartis sur le rez-de-chaussée et les trois étages supérieurs. Une suite commerciale occupera aussi le rez-de-chaussée, comme le dicte la réglementation municipale. Notons que la hauteur maximale permise pour ce secteur est de 16 mètres.

Des éléments demeurent non conformes à la réglementation, comme la présence de quatre entrées charretières et de 10 cases de stationnement en surface. Le promoteur devra déposer une demande de dérogation mineure pour les entrées charretières et une demande d’exemption pour les cases de stationnements. Précisons que le développement inclut un stationnement souterrain.

Encore des devoirs

Le promoteur doit respecter plusieurs conditions pour obtenir un permis de construction. Un lien de mobilité active devra être créé sur le site entre la rue Savoy et le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier afin de favoriser la « connectivité entre les quartiers ». Le CCU souhaite aussi que le projet prévoie une terrasse à proximité de la suite commerciale pour contribuer aux espaces de socialisation. Parmi les autres conditions à rencontrer, on retrouve entre autres l’aménagement d’un espace pour les bicyclettes, l’intégration d’une œuvre d’art ainsi que la réalisation d’une étude acoustique par un professionnel afin de déterminer si des mesures de mitigation sont requises.

image