25 janvier 2023
McMasterville
Le toponyme de la promenade de bois de en lice pour un prix
Par: Denis Bélanger
Les élus de McMasterville lors de l’inauguration de la Promenade des Porteurs-d’Espoir. Photo gracieuseté

Les élus de McMasterville lors de l’inauguration de la Promenade des Porteurs-d’Espoir. Photo gracieuseté

Inaugurée officiellement en 2022, la promenade de bois des Porteurs-d’Espoir, située sur le bord de la rivière Richelieu à McMasterville, est en lice pour leur coup de foudre toponymique de l’année.
Publicité
Activer le son

Cette promenade est l’un de 12 noms de lieux présélectionnés par la Commission de toponymie du Québec pour obtenir ce prix déterminé par le vote du public. Les gens ont jusqu’au 2 février pour faire connaître leur choix. Le gagnant sera dévoilé le 9 février prochain.

Les finalistes ont été retenus pour leur originalité, leur capacité à inspirer des images fortes et leur contribution à la promotion du patrimoine culturel. Notons que la Commission a officialisé plus de 1300 noms de lieux en 2022.

La promenade a été nommée officiellement le 4 juillet dernier par les élus de McMasterville à l’effigie du documentaire Les porteurs d’espoir, réalisé en 2010 par Fernand Dansereau. Cet ouvrage mettait en lumière la contribution des élèves de l’école primaire La Farandole à un projet imaginé par un enseignant afin d’outiller les jeunes pour relever les défis environnementaux.

Le maire Martin Dulac est très fier de cette nomination. « Ce projet met en valeur la splendeur de notre paysage riverain. Un nom original et empreint de l’histoire de notre municipalité était privilégié par les membres du conseil. Mettant en valeur la langue française et répondant à ces critères, ce toponyme rayonnera à l’échelle nationale par cette reconnaissance. C’est aussi une grande joie de constater que plus de 10 ans après le tournage du documentaire de Fernand Dansereau, de la beauté continue d’émerger de ce projet. »

Cette promenade a été aménagée dans le but de redonner aux citoyens l’accès à la rivière. Le belvédère de bois est d’une longueur de 85 mètres et a recouvert 20 cases de stationnement. De plus, une halte cycliste et un parc linéaire ont été aménagés à l’ancien stationnement municipal qui se trouvait aux côtés de l’église Sacré-Cœur-de-Jésus. Une fontaine d’eau et une borne à outils de vélo s’y trouvent aussi pour accommoder les cyclistes en transit. Ce projet avait nécessité un investissement de près de 150 000 $. Pour l’ensemble du parc qui longe la rive et qui inclut la portion de la halte cycliste et du parc linéaire, ce sont près de 490 m2 de bitume (45 cases de stationnement) qui avaient été retirés pour être naturalisés.

image