2 juin 2021
Des heures de travail et des centaines de dollars parties en fumée
Le transporteur aérien refuse de rembourser un voyage humanitaire
Par: Denis Bélanger

Le logo du voyage humanitaire contenant le nom de tous les Sports 30participants. Photo gracieuseté

À l’instar de bien d’autres gens, 18 élèves du Collège Saint-Hilaire ont eu le cœur brisé l’an dernier quand leur voyage humanitaire au Honduras a été annulé en raison de la pandémie de COVID-19. Mais la déception risque de se transformer en amertume, car la compagnie aérienne refuse de rembourser aux élèves le prix du billet d’avion.

Publicité
Activer le son

Les jeunes devaient vivre au printemps une expérience de sensibilisation à la coopération internationale dans la ville de Copán, au Honduras. Ils s’étaient engagés à travailler dans une plantation de café ainsi que dans une école pour y réaliser de petits travaux manuels.

Les élèves ont pu obtenir un remboursement des autres frais engagés, comme l’hébergement. Cependant, ils ont frappé un mur avec le transporteur aérien Aeromexico, qui acceptait seulement d’offrir un crédit. Toutefois, ce crédit expirait douze mois après la date de son émission. La direction du Collège a demandé à l’entreprise de lui transférer les crédits, mais elle a refusé, soutenant qu’ils devaient être utilisés par les personnes dont le nom figurait sur le billet d’avion.

Les billets d’avion sont estimés à 900 $, mais les élèves ont perdu plus que ça, font remarquer certains parents. Ils ont investi des heures dans ce projet, notamment à travailler pour ramasser les sous. En plus, cette opportunité dans ce cadre académique précis ne se représentera plus puisque les élèves étaient en cinquième secondaire. « Nos enfants ont souffert pendant la pandémie. Ils ont terminé leur école sans cérémonie et commencé leur cégep dans leur chambre à coucher au lieu d’être en présentiel. Et là s’ajoute une perte de 900 $ durement économisés. Le plus triste, c’est qu’ils allaient là pour aider », déclare Pascale Juneau, mère d’une des élèves concernés et coprésidente du comité de parents.

« Mon fils attendait ce voyage depuis le début de son secondaire. Il s’était inscrit [au Collège] parce qu’il savait qu’il aurait cette chance en cinquième secondaire. En plus de travailler, il a investi de nombreuses heures pour remplir les exigences du voyage. Il a consacré beaucoup de midis pour apprendre l’espagnol », ajoute de son côté une autre mère, Valérie De Beaumont.

Pour sa part, le directeur général du Collège Saint-Hilaire, Jean-François Guay, reconnaît que l’agissement d’Aeromexico est honteux. « Comme bien des écoles à l’échelle du pays, nous avons dû annuler tous nos voyages scolaires prévus au printemps 2020 en raison de la pandémie. Toutes les compagnies aériennes ont accepté de rembourser les billets d’avion des jeunes, mais pas Aeromexico. C’est la première fois que nous faisons affaire avec elle et probablement la dernière. »

L’agence de voyages Horizon Cosmopolite se dit également mécontente de la situation. « Ça nous fait une mauvaise publicité et nous passons pour des voleurs. Ce n’est malheureusement pas nous qui avons l’argent, c’est le transporteur », commente le cofondateur et coordonnateur de programmes à l’agence, Stéfane Charrette. Il admet aussi que le crédit offert était bidon. « Je comprends le mécontentement des gens. »

Mécontentement

Les gens semblent prêts à se battre pour obtenir réparation. Pascale Juneau confirme qu’elle et les autres parents évaluent toutes les actions possibles à entreprendre. Pour sa part, Valérie De Beaumont partage ouvertement son mécontentement envers le Collège et l’agence Horizon Cosmopolite. Elle ne comprend pas pourquoi le Collège ne peut pas rembourser les élèves. « Le Collège a manqué de leadership dans ce dossier, ajoute-t-elle. Je n’ai pas envie d’envoyer un autre enfant à ce collège. »

La direction du Collège et l’agence rencontreront les parents pour faire une mise au point de la situation. « Nous sommes dans une position délicate. La compagnie a offert un crédit aux élèves, mais ils l’ont refusé. Si le voyage avait été annulé, la compagnie d’assurance aurait remboursé. Si la compagnie nous avait transféré les crédits, nous aurions remboursé les parents. Nous attendons d’autres nouvelles dans ce dossier », a ajouté Jean-François Guay.

Au moment de mettre sous presse, il a été impossible de parler avec un représentant d’Aeromexico.

Dernière heure 

Au moment de mettre sous presse, L’OEIL a appris que les parents des élèves concernés ont fait parvenir une mise en demeure au Collège Saint-Hilaire, à Horizon Cosmopolite et à la compagnie à numéro derrière Escapade Voyages et Aventure. Les parents réclament une somme de 16  542 $. Les trois entités ont dix jours au moment de la réception de la lettre pour payer la somme réclamée. La direction du Collège Saint-Hilaire a décidé d’annuler la rencontre d’information avec les parents en raison de l’évolution du dossier.

 

image