25 novembre 2021
L’église Saint-Matthieu n’aura plus de friperie en 2022
Par: Denis Bélanger

Le Vestiaire St-Matthieu, situé dans le sous-sol de l’église du Vieux-Beloeil, devra setrouver un nouveau local. Photothèque | L’OEil Régional ©

C’est définitif. La friperie administrée par l’Association Marie-Reine de Belœil quittera le sous-sol de l’église Saint-Matthieu à la fin de l’année. Les bénévoles gardent l’espoir de trouver un nouveau local pour ce service venant en aide aux personnes dans le besoin.

Publicité
Activer le son

L’Œil Régional rapportait il y a plusieurs semaines que le Vestiaire St-Matthieu risquait de devoir plier bagage à la suite de la visite, cet été, d’un préventionniste de la Régie intermunicipale de sécurité incendie de la Vallée-du-Richelieu (RISIVR). La Régie avait reçu une plainte d’un citoyen pour accumulation excessive de matériel dans le sous-sol.

La Fabrique de la paroisse Trinité-sur-Richelieu a été informée le 31 août que le sous-sol contrevenait aux règles en matière de prévention incendie. La Fabrique a opté d’abord pour mettre fin au bail de l’Association Marie-Reine, étant donné que l’option d’adapter le local aux normes et besoins de tous était irréaliste et coûteuse. La Ville de Belœil a été mise au courant de la situation et a joué un rôle de facilitateur pour que toutes les parties impliquées puissent discuter et trouver une solution. Les échanges n’ont toutefois pas apporté les résultats escomptés.

Le conteneur accueillant les vêtements et autres marchandises est verrouillé depuis des mois. Le Vestiaire cherche ainsi à écouler son stock et un organisme de Montréal est déjà venu chercher beaucoup d’articles. La dernière journée de vente au Vestiaire sera le 16 décembre.

Le Vestiaire St-Matthieu opère depuis des années et les recettes de ses ventes sont redistribuées aux Centres d’aide aux femmes et enfants victimes de violence de la Montérégie. Une aide financière annuelle estimée à environ 20 000 $, selon les responsables du Vestiaire. Même si les vêtements sont vendus pour quelques dollars, les ventes peuvent parfois atteindre jusqu’à 900 $, toujours selon le Vestiaire.

L’Association Marie-Reine tourne ses espoirs vers le nouveau conseil municipal de Belœil, maintenant dirigé par la mairesse Nadine Viau, afin de trouver un nouveau local abordable. Au moment de mettre sous presse, le journaliste n’avait pas réussi à obtenir de commentaire de la Ville.

Soulignons que l’organisme payait à la Fabrique un loyer mensuel de moins de 400 $.

image