22 décembre 2021
Élections à Belœil
Les différents partis devraient survivre malgré le résultat
Par: Olivier Dénommée

La dernière élection à Belœil était exceptionnelle cette année, mettant en opposition pas moins de six candidats à la mairie, dont cinq qui s’étaient entourés d’un parti politique. Et ces différentes formations pourraient encore être de la partie en 2025, selon les commentaires récoltés ces dernières semaines par L’Œil Régional.

Publicité
Activer le son

La mairesse sortante, Diane Lavoie, avait déjà annoncé la fin de sa carrière politique le soir des élections. Son équipe, Belœil gagnant, était tout de même parvenue à faire élire trois conseillers le 7 novembre dernier et ceux-ci ont bien l’intention de poursuivre leur travail sous cette bannière. Pierre Verret, réélu dans le district 6, a mentionné que le parti allait poursuivre ses activités et que Diane Lavoie était toujours officiellement sa cheffe malgré son annonce. Il avoue espérer un retour de Mme Lavoie en politique active, mais doute qu’elle revienne sur sa parole. Il est donc encore trop tôt pour savoir qui pourrait éventuellement prendre la tête du parti et se présenter au poste de maire en 2025.

Du côté de Belœil, c’est nous!, qui a fait élire deux conseillers, le chef Luc Cossette se donnait un certain temps avant de prendre une décision quant à son avenir politique, mais l’existence du parti ne semblait pas compromise pour le moment. Lors de la première séance du conseil du 29 novembre, le nouveau conseiller du district 7, Martin Robert, affirmait que la rencontre post-mortem du parti n’avait toujours pas eu lieu, mais soutenait qu’il formait toujours une équipe avec Vincent Chabot (district 4) et que les deux conseillers continueraient de pousser sur les sujets qui tiennent à cœur au parti, tout en collaborant au quotidien avec les autres équipes pour faire avancer Belœil.

Deshaies se retire
Le chef du Parti des citoyens, Yves Deshaies, s’est fait très discret depuis l’élection. Il dit être « déjà rendu ailleurs » et annonce qu’il ne sera pas de la course dans quatre ans. « Mais je reste toujours un citoyen de Belœil, alors je vais peut-être intervenir lorsque nécessaire si je peux apporter ma contribution », commente-t-il. M. Deshaies croit tout de même que le parti devrait « survivre […] les prochains mois et les prochaines années », même s’il se retire.

Yves Deshaies avait été extrêmement critique envers le conseil de Belœil ces dernières années et il maintient ses paroles sur le fait que « Belœil a besoin d’amour et a encore de 10 à 15 ans de retard en termes de gestion municipale ». Il ne se montre pas particulièrement impressionné par le prix récemment remporté par la Ville pour son projet de Centre aquatique Belœil, qu’il continue de voir comme un « scandale sans nom ». Malgré ses critiques, M. Deshaies se montre positif et soutient que « Belœil a maintenant un meilleur conseil qu’avant les élections ». Il a d’ailleurs écrit à la nouvelle mairesse, Nadine Viau, pour la féliciter et pour exprimer ses souhaits pour l’avenir.

Belœil debout laisse la chance au coureur
Le parti Belœil debout, formé par le conseiller sortant Réginald Gagnon, s’est aussi fait très discret depuis l’élection. Le candidat à la mairie a assuré que son parti restait formé, mais qu’il n’occupera pas l’espace public dans les prochains mois. « On va laisser la chance au coureur et permettre [au conseil] de faire ses preuves. Laissons-le vivre sa lune de miel », commente M. Gagnon. Au moment de l’entrevue, il affirmait que « la page est tournée » sur son intention de devenir maire de Belœil, mais rappelle, du même souffle, qu’« il ne faut jamais dire jamais ». Belœil debout devrait tout de même « survivre à la débâcle » du 7 novembre, même si, selon son chef, c’était une erreur de tout miser sur une campagne sur le web et à l’aide de codes QR.

Même le parti de la nouvelle mairesse, Oser Belœil, pourrait se faire plus discret à court terme pour laisser place à la collaboration au sein du nouveau conseil. Il est trop tôt pour savoir où en sera exactement le parti en 2025, de l’aveu de Mme Viau. « Je ne sais pas comment [le parti] va se développer dans les prochaines années, mais j’adore cette équipe et ses idées et je trouve magnifique de voir que certains citoyens qui se sont présentés sous cette bannière ont encore envie de s’impliquer. »

image