9 Décembre 2020
Les quotes-parts affectées par la hausse de la population
Par: Sarah-Eve Charland

La richesse foncière uniformisée augmente plus rapidement à Belœil que dans les autres municipalités de la région. Photothèque | L’Œil Régional ©

L’augmentation de la population à Belœil a eu un impact direct sur les dépenses de la Ville. Pour l’année 2021, la Ville devra assumer des augmentations variant entre 3 % et 5 % de ses quotes-parts auprès des différentes régies régionales, comme les services incendie ou de police.

Publicité
Activer le son

La Ville a approuvé les quotes-parts en séance ordinaire du conseil du 23 novembre. Selon les élus, les augmentations des quotes-parts s’expliquent par l’augmentation de la richesse foncière uniformisée et de la population. La population de Belœil a augmenté de 3 %, passant de 23 375 résidents en 2019 à 24 066 en 2020. La richesse foncière uniformisée de Belœil a augmenté de 249 020 605 $, soit 8 %, entre 2019 et 2020. Elle a donc atteint 3 253 818 234 $ en 2020.

L’augmentation réelle de la Régie des incendies est de 0,38 %, mais la quote-part de Belœil a plutôt augmenté de 5 %. Elle a été ajustée en raison des développements immobiliers, mais également en raison du niveau de risque.

Le même phénomène est observé à la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent, dont le budget pour l’ensemble des municipalités s’est vu augmenter de 1,35 %, mais la quote-part de la Ville de Belœil a été augmentée de 4,07 %.

Seule la quote-part de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) a été réduite. L’ARTM a reçu une aide financière substantielle de 1,2 milliard de dollars, permettant ainsi de réduire la pression budgétaire sur les municipalités membres. La quote-part de Belœil a été diminuée de 3,4 %.
La dépense attribuée à la Régie intermunicipale de l’eau de la Vallée-du-Richelieu ne fait pas l’objet d’une grande augmentation contrairement aux autres quotes-parts. La hausse se situe à 0,81 %. Pour cette Régie, le calcul n’est pas basé sur la population et la richesse foncière, mais sur la consommation d’eau.
« À Belœil, nous travaillons depuis des années sur la réfection de nos conduites d’eau, nous avons donc très peu de fuites et un réseau efficace. Donc, même avec l’augmentation de la population, nous n’avons pratiquement pas de hausse de notre consommation puisque nous améliorons constamment notre réseau », explique la porte-parole de la Ville de Belœil, Émélie Trinque.

image