29 juin 2022
Patinage de vitesse
Les talents de Matthew Pelletier soulignés par Laurent Duvernay-Tardif
Par: Denis Bélanger
Matthew Pelletier. Photo gracieuseté

Matthew Pelletier. Photo gracieuseté

Le patineur de vitesse courte piste de Mont-Saint-Hilaire Matthew Pelletier vient de recevoir une bourse d’excellence académique de 1500 $ de la Fondation Laurent Duvernay-Tardif (LDT). En conversant avec le jeune de 15 ans, on constate qu’il a de multiples talents, tout comme le footballeur professionnel.
Publicité
Activer le son

« C’est une belle récompense et ça m’incite à persévérer », admet d’emblée Matthew Pelletier. S’inscrivant dans le cadre des programmes de bourses de la Fondation de l’athlète d’excellence (FAEQ), les bourses de la Fondation LDT récompensent les sportifs qui réussissent à l’école et cultivent aussi une passion pour les arts. Le jeune Matthew pratique le piano depuis une dizaine d’années à l’École de musique Vincent-d’Indy. Il a délaissé le violon pour le piano, un instrument joué par plusieurs membres de sa famille. Il a aussi des talents d’illustrateur. Il a gagné un concours de dessin pour illustrer la couverture de l’agenda de son école.

Bien qu’il soit récompensé pour ses résultats en patin, l’élève de 3e secondaire au Collège Trinité de Saint-Bruno-de- Montarville pratique également d’autres sports. Il est notamment membre de l’équipe de basketball de son école. En plus, depuis deux ans, il est membre du Club de vélo de montagne Bolt de Bromont. Il aspire également à devenir ingénieur et ainsi jumeler sa profession à sa passion pour le vélo. « J’aimerais faire quelque chose comme partir une entreprise de vélo. »

Pelletier complète aussi sa formation de sauveteur au complexe aquatique de Belœil. « Ça fait beaucoup de choses », répond-il avec le sourire quand on lui demande s’il trouve du temps pour dormir.

Fait pour chausser des patins

Matthew Pelletier était prédestiné à chausser des patins. Sa sœur et sa mère ont fait du patinage artistique. Quelques cousins ont également joué au hockey. Mais c’est son cousin Alexis Marceau qui lui a donné la piqûre du patinage de vitesse courte piste. Il le cite d’ailleurs comme son modèle dans ce sport, loin devant le sextuple médaillé olympique Charles Hamelin.

« Quand j’ai vu mon cousin aller sur la glace, je me suis dit que je voulais aussi faire ça. J’ai tout de suite aimé. Alexis est passé proche de faire l’équipe nationale. Je le regardais en compétition et observais des choses pour pouvoir m’améliorer. Évidemment, j’ai regardé les olympiques dernièrement et c’était aussi motivant de voir les patineurs canadiens connaître de bons résultats. »

Matthew Pelletier a subi une blessure au tibia en début de saison, mais il s’est vite rétabli et a même amélioré ses chronos personnels. Auparavant, sa distance préférée était le 500 m. Mais, maintenant, il apprécie grandement le 1500 m. « Je me suis amélioré sur le plan de l’endurance. Ce qui est intéressant est le fait que c’est une longue course où la stratégie joue un grand rôle. »

image