25 juin 2021
Élections à Beloeil
Luc Cossette mise sur un plan d’urbanisme pour éviter la division
Par: Sarah-Eve Charland

Luc CossettePhoto gracieuseté

Catherine Labonté, district 1Photo gracieuseté

Max Paradis, district 2Photo gracieuseté

Réal Blais, district 3Photo gracieuseté

Vincent Chabot, district 4Photo gracieuseté

Claude Lebrun, district 5Poto gracieuseté

Christian Ayina, district 6Photo gracieuseté

Martin Robert, district 7Photo gracieuseté

Annie Langlois, district 8Photo gracieuseté

Après avoir dévoilé tous les candidats qui se présenteront sous la bannière Beloeil, c’est nous!, le chef et candidat à la mairie Luc Cossette présente son premier engagement qui consiste à élaborer un plan d’urbanisme durable afin d’éviter de polariser les futurs débats.

Publicité
Activer le son

« On a souvent vu dans les dernières années des dossiers qui ont plutôt divisé que rassemblé. À la fin de ces dossiers, on n’a jamais eu de solution constructive. On peut parler du golf, de la piscine et, dernièrement, de la nouvelle école. Ces dossiers ont tous été menés par des pétitions, par des camps adverses », décrit-il.

Le candidat, qui a complété trois années en tant que conseiller municipal, estime que la clé est de changer de style de gestion et d’user de leadership. C’est là qu’entre en scène son plan d’urbanisme durable qui prendrait en compte les développements de la ville, l’environnement, la plantation d’arbres, les infrastructures et les écoles.

« Une Ville, ça se gère sur le long terme. C’est ce que je reproche aux élus. J’en suis un. Ça fait seulement trois ans que je suis là. J’ai pris le temps d’apprendre les rouages d’une Ville. J’ai eu assez de temps pour comprendre que si j’étais [maire], je ferais certaines choses différemment », ajoute-t-il.

Parmi les dossiers qu’il juge gérés de façon réactive à la Ville, il y a celui de la nouvelle école. Le Centre de services scolaire des Patriotes a obtenu l’autorisation du gouvernement du Québec pour construire une nouvelle école à Belœil. Les terrains disponibles se font rares et l’emplacement est loin de faire l’unanimité.

« Quand je dis que je veux avoir du leadership, c’est aussi avoir du leadership dans des sphères de compétences qui n’appartiennent pas à la Ville. C’est facile de dire que la construction d’école, ça revient au ministère de l’Éducation. Un maire qui a du leadership pose des actions concrètes pour influencer les décisions d’un autre palier de gouvernement ou d’autres parties prenantes », assure-t-il.

Les problèmes d’espace à l’école au Cœur-des-Monts sont connus depuis près de deux ans. Même s’il était déjà élu à cette époque, il ajoute ne pas avoir été impliqué dans les démarches pour la construction d’une nouvelle école. « Honnêtement, j’en ai entendu parler seulement sur internet. Est-ce qu’il y a eu des démarches préalables? Je ne sais pas. C’étaient des discussions administratives et avec la mairesse. Je n’étais pas mis au fait des démarches. »

Statu quo concernant le golf

Appelé à se prononcer sur le dossier du golf, le candidat à la mairie croit que le refus du changement de zonage qui aurait permis une construction sur le terrain était la meilleure décision à prendre. Le parti politique Beloeil, c’est nous!, s’il est élu, misera davantage sur le statu quo en ne voulant pas acheter le terrain.

Le conseil municipal avait annoncé en mars 2021 rejeter la demande de changement de zonage. La mairesse Diane Lavoie avait alors émis l’hypothèse d’acheter le terrain et de le mettre à la disposition du Club de golf Belœil par un bail.

« Ce n’est vraiment pas vers là que mon équipe et moi allons nous diriger. On est tous d’avis que le changement de zonage n’est pas acceptable. On est tous d’avis que le golf doit demeurer un golf. Ce n’est pas à la Ville d’acheter le terrain. Ce n’est pas à la Ville d’exproprier le golf. Je crois que c’est un très beau compromis d’avoir refusé le changement de zonage, mais ce n’est pas dans notre vision de faire l’achat du terrain », affirme M. Cossette.

Si les administrateurs du Golf veulent rencontrer la Ville pour trouver des solutions, M. Cossette se rendra disponible. « Je suis prêt à rencontrer le Golf s’ils veulent me rencontrer. »

Une équipe complète

En plus du chef du parti Luc Cossette, Belœil, c’est nous! est composé de Catherine Labonté (district 1), Max Paradis (district 2), Réal Blais (district 3), Vincent Chabot (district 4), Claude Lebrun (district 5), Christian Ayina (district 6), Martin Robert (district 7) et Annie Langlois (district 8).

« Ma force, c’est mon équipe. C’est ce qui fait notre différence par rapport aux autres équipes. Ça prend une équipe qui représente les citoyens de Belœil. J’ai des gens de tous les horizons et de tous les groupes d’âge. Ils ont tous des forces complémentaires. Je veux exercer un leadership rassembleur. Certains vont dire que ça ne veut rien dire. Ça ne veut rien dire si tu n’as pas de plan. Nous, on a un plan », affirme-t-il.

Sa plateforme électorale devrait être dévoilée au début de l’automne.

image