10 novembre 2021
Marc-André Guertin remporte la mairie haut la main
Par: Denis Bélanger

Marc-André Guertin (quatrième à partir de la gauche) en compagnie de ses candidats élus Gaston Meilleur, David Morin, IsabelleThibeault, Mélodie Georget et Claude Rainville. Photo Luc Giard | L’OEil Régional ©

Marc-André Guertin de Transition MSH est le nouveau maire de Mont-Saint-Hilaire et met un terme au règne d’Yves Corriveau qui était en poste depuis 2013. Le parti de M. Guertin sera de plus majoritaire avec cinq conseillers sur six sièges. L’autre siège a été remporté par le comédien Marcel Leboeuf, de Mouvement citoyen.

Publicité
Activer le son

M. Guertin a obtenu une victoire convaincante avec 52,01 % des voix, suivi de loin par Carole Blouin de Mouvement citoyen (31,64 %), Yves Corriveau d’Avenir Hilairemontais (12,25 %) ainsi que des indépendants François Perrier (2,17 %) et Ferdinand Berner (1,09 %). Le taux de participation à la mairie a été de 48,3 %, supérieur de 2 % comparé à 2017.

Le fort appui à Marc-André Guertin s’est aussi fait ressentir dans les districts. Ses candidats David Morin (district 1), Gaston Meilleur (2), Claude Rainville (3) et Mélodie Georget (5) ont tous été élus avec plus de la moitié des votes. De son côté, Isabelle Thibeault (4) a été au coude à coude avec son adversaire Martine Renaud, de Mouvement citoyen, pendant la soirée. Mme Thibeault a dû attendre jusqu’au dépouillement de la dernière boîte de scrutin pour confirmer sa victoire.

Marcel Leboeuf (6) de Mouvement citoyen a privé Transition MSH d’un balayage en obtenant la confiance de 57,12 % des électeurs. Ce district avait également été le seul aux élections de 2017 à ne pas voter du côté du parti au pouvoir.

La soirée a ainsi été très difficile pour le parti d’Yves Corriveau, Avenir Hilairemontais. À l’instar de leur chef, tous les candidats du parti ont terminé troisièmes dans chacun des districts. C’est Paméla Rousseau, candidate dans le district 1, qui a obtenu le plus haut pourcentage de votes avec 19,53 %.

Un nouveau chapitre

Marc-André Guertin s’amène à la mairie avec un long bagage professionnel. Il a notamment collaboré avec plusieurs villes du Québec comme consultant en aménagement du territoire et en environnement et a travaillé pour le Centre de la nature, au mont Saint-Hilaire, de 2000 à 2009. Le nouveau maire a également contribué aux travaux du comité de concertation du Plan métropolitain d’aménagement et de développement de Mont-Saint-Hilaire ainsi qu’à l’élaboration du Plan d’urbanisme durable (PUD) de la Municipalité.

M. Guertin s’est dit un peu surpris du résultat, car il s’attendait à un vote plus serré. « Malgré ces appréhensions, j’ai toujours entretenu l’idée qu’on soit un conseil complet. J’espère amener plus d’harmonie au sein du conseil pour pouvoir s’attaquer à des enjeux de fonds. […] Je pense que la population a adhéré à l’alternative que je lui proposais, laquelle ne reposait pas sur des querelles. »

Le nouveau maire affirme avoir reçu un appel de l’ancien maire Yves Corriveau, qui a pris la peine de le féliciter pour sa victoire. « Il s’est montré ouvert à ce qu’on puisse discuter si j’en avais besoin. »

Marc-André Guertin tend aussi la main à Marcel Leboeuf. « J’espère que nous pourrons rapidement nous parler de projets précis pour notamment avancer, développer des scénarios et protéger des boisés.»

Déception

La chef de Mouvement citoyen, Carole Blouin, était pour sa part déçue et même surprise du résultat. Elle a tout de même tenu à féliciter la victoire de Transition MSH. « Je suis néanmoins contente de la campagne que nous avons menée sur le terrain. Nous avions une belle équipe de candidats […] Je pense qu’il y a de la place et de l’avenir à Mont-Saint-Hilaire pour le parti Mouvement citoyen. » M. Blouin en était à sa deuxième tentative à la mairie. Elle avait perdu en 2013 et terminé troisième sur quatre candidats. « Ce soir (dimanche), c’est sûr que c’est ma dernière fois. Demain, on verra. »

Marcel Leboeuf partageait aussi la déception des membres de son équipe. Il entend néanmoins représenter son district pour la durée du mandat. « Je me suis engagé pour quatre ans. J’entends travailler et représenter tous les électeurs de mon district, incluant ceux qui n’ont pas voté pour moi. »

Avenir nébuleux

Difficile toutefois de savoir ce qui se passera avec le parti d’Yves Corriveau, Avenir Hilairemontais, fondé en 2013. M. Corriveau a refusé l’accès à L’Œil Régional à son rassemblement électoral tenu dimanche et n’a pas rappelé le journaliste. Yves Corriveau quitte la politique municipale après un mandat mouvementé où il a assisté en 2019 à l’éclatement de son parti.

image