16 février 2022
Zone A-16
Mont-Saint-Hilaire pourrait recevoir une aide financière pour l’acquisition de boisés
Par: Denis Bélanger

Le cadre de développement des terrains vacants de la zone A-16 doit être adopté au plustard le 11 août. Photothèque | L’OEil Régional ©

Mont-Saint-Hilaire pourrait bénéficier d’une aide financière d’un programme administré par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) pour faire l’acquisition de boisés à protéger dans la zone A-16.

Publicité
Activer le son

Le programme d’aide financière de la Trame verte et bleue du Grand Montréal, de la CMM, pourrait le permettre, même si les boisés en question ne font pas partie de la trame. La CMM s’est toutefois montrée ouverte à rendre les boisées admissibles au programme. « Ces boisés possèdent une valeur régionale et métropolitaine qui justifierait une aide financière. Il faut évidemment faire la preuve de cette valeur. C’est une très bonne nouvelle », a déclaré le maire de Mont-Saint-Hilaire, Marc-André Guertin.

Stéphane Pineault, coordonnateur exécutif – Politiques, interventions et développement à la CMM confirme que l’organisme, qui regroupe 82 municipalités de la région montréalaise, est prête à écouter sérieusement les projets d’acquisition de la Ville. Le programme propose une aide financière maximale de deux tiers de la juste valeur marchande des lots en question. Un tiers proviendrait de la CMM et l’autre tiers du gouvernement du Québec.

Le programme de la Trame verte et bleue est en opération depuis 2013. En mars 2020, le gouvernement du Québec a convenu d’apporter son soutien financier pour poursuivre la mise en place de la Trame et a conclu avec la Communauté une deuxième entente afin de verser une contribution de 50 M$ pour le financement de projets qui seront réalisés de 2020 à 2025.

Plusieurs hectares protégés

L’acquisition de ces boisés s’inscrit dans la stratégie de Mont-Saint-Hilaire pour le développement de la zone A-16, près du chemin de la Montagne, qui fait l’objet d’un litige depuis de nombreuses années. À la suite d’un jugement de la Cour d’appel rendu en novembre dernier, Mont-Saint-Hilaire doit accoucher d’un cadre réglementaire et établir les seuils de densité de ce secteur d’ici le 11 août.

Les boisés en question totalisent environ sept hectares sur les 32 qui sont à développer dans la zone. « Les propriétaires des terrains n’auraient pas pu développer 32 hectares, car il y a un cadre réglementaire à respecter, souligne le maire. Notons d’ailleurs que les deux boisés, classés de niveau trois, sont inscrits au schéma d’aménagement de la MRC. On peut y faire des aménagements à l’intérieur de ces lots à la condition qu’on maintienne 50 % de la canopée. »

La Ville entend aussi lancer bientôt une campagne de sociofinancement pour l’acquisition des boisés. M. Guertin souligne que la Ville devra évidemment négocier avec les propriétaires pour l’achat des terrains. Rappelons que la majorité des propriétaires des terrains vacants ont entamé des procédures judiciaires afin de réclamer 2,5 M$ à la Ville à titre de compensation pour « les bâtons dans les roues » qu’elle a mis au développement de la zone depuis 2013.

 

Remise en œuvre du Comité

Le maire Marc-André Guertin a tenu à souligner que la remise en œuvre du Comité des collines Montérégiennes de la CMM servira aussi la cause de la protection et mise en valeur du territoire hilairemontais. « Ça laisse aussi entrevoir des opportunités pour tirer des apprentissages de manière à mieux protéger le périmètre de la montagne dans les années à venir. Je siégerai évidemment à ce comité. »

La création d’un groupe de travail visant la reconnaissance et la protection des collines Montérégiennes et d’Oka a été approuvée par les élus de la CMM en août dernier.

image