13 mai 2022
Emprunt de 8 M$ pour l’achat des terrains sur Ozias-Leduc
Mont-Saint-Hilaire tient le registre la semaine prochaine
Par: Denis Bélanger

Le registre sera accessible du 17 au 19 mai, de 9 h à 19 h, à la salle La Nature-en-Mouvement du Pavillon Jordi-Bonet, situé en face de l’hôtel de ville.Photothèque | L’Œil Régional ©

Les citoyens opposés à l’achat par la Ville de Mont-Saint-Hilaire de deux terrains situés dans le secteur du chemin Ozias-Leduc, au coût de plusieurs millions de dollars, pourront signer le registre la semaine prochaine afin de tenter de bloquer l’adoption des deux règlements d’emprunt.

 

Publicité
Activer le son

Le registre sera accessible du 17 au 19 mai, de 9 h à 19 h, à la salle La Nature-en-Mouvement du Pavillon Jordi-Bonet, situé en face de l’hôtel de ville.

La Municipalité veut débourser 5,07 M$ pour acheter le terrain d’une superficie approximative de 173 654 pieds carrés appartenant à une compagnie à numéro administrée par l’entrepreneur Régent Boies, d’Orford. Ensuite, Mont-Saint-Hilaire souhaite aussi emprunter 2,71 M$ pour acheter la portion d’un lot de 71 012 pieds carrés appartenant à l’entreprise Sullivan Raymond. Notons que les gestionnaires de cette dernière font partie des propriétaires terriens qui ont obtenu gain de cause devant les tribunaux pour développer les terrains vacants de la zone A-16.

Dans les deux cas, le nombre requis pour forcer la tenue d’un référendum est de 1509 signatures. Les résultats du registre seront annoncés le 19 mai, à 19 h. Les avis publics pour le processus d’approbation référendaire ont été publiés à moins d’une semaine avant le début de la tenue du registre, soit le 11 mai. Notons que le délai minimal imposé par la loi est de cinq jours.

Dans la foulée de A-16

L’acquisition de ces terrains s’inscrit dans la foulée des travaux du Comité sur l’avenir de la zone A-16 (CAZA-16). Créé au début de l’année 2017, le CAZA-16 avait obtenu la responsabilité additionnelle de se pencher sur le sort des zones H-111 et H-114 vouées à de la haute densité résidentielle. Pour freiner tout développement résidentiel, il avait été convenu d’imposer une réserve foncière sur l’entièreté de la zone H-111 et une portion de la zone H-114. Ces réserves foncières ont été renouvelées une fois en 2019, comme le permet la loi, mais elles sont échues depuis mai 2021. La Ville a décidé de les acheter pour éviter la venue d’un développement résidentiel. 

Ces propriétés doivent servir à un usage public. Le maire Marc-André Guertin a évoqué la possibilité d’y accueillir une école ou un parc. L’impact financier sur le compte de taxes des citoyens n’est pas encore chiffré.

 

image