4 février 2022
Zone A-16
Mouvement citoyen critique à son tour Mont-Saint-Hilaire
Par: Denis Bélanger

Carole Blouin

L’ancienne candidate à la mairie et cheffe du parti politique Mouvement citoyen, Carole Blouin, critique à son tour l’attitude et les prises de position du maire de Mont-Saint-Hilaire, Marc-André Guertin, dans le dossier de la zone A-16. Elle accuse notamment le premier magistrat de la Ville de fermer la porte au dialogue et à la collaboration.

Publicité
Activer le son

Mme Blouin reconnaît que le conseil actuel est sur la corde raide; ce dernier doit accoucher au plus tard le 11 août d’un cadre réglementaire pour le développement du secteur à la suite de la décision de la Cour d’appel en novembre. Mais elle affirme avoir perdu toute sympathie à la suite de la dernière séance ordinaire du conseil municipal. Durant cette séance publique, plusieurs citoyens ont poussé de l’avant l’option de demander un statut particulier pour le secteur. Le maire Marc-André Guertin a écarté cette solution et a expliqué à quelques reprises pourquoi Mont-Saint-Hilaire n’empruntait pas cette voie.

D’après Carole Blouin, Marc-André Guertin n’a fait preuve d’aucune écoute et a servi une réponse « matraque » pour chaque question posée. « L’ouverture au dialogue serait beaucoup plus productive, a écrit Mme Blouin dans une lettre ouverte. […] Collaborer, c’est unir nos énergies et mettre ensemble des regards différents pour des solutions fortes et novatrices. »

Elle n’a pas apprécié le traitement qu’a réservé le maire à l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH), qui a mis sur pied une pétition de milliers de signatures pour demander l’obtention d’un statut particulier. Notons que MmeBlouin a été longtemps présidente de l’Association avant de quitter en 2017.

« Le conseil actuel accuse l’ACMSH de tenir un discours farci d’arguments trompeurs qui influence négativement la population concernant l’importance de protéger la zone autour du chemin de la Montagne. Expliquez-moi, M. Guertin, défendre la nature, notre montagne, son piémont, la qualité de vie, n’est pas légitime? Être protecteur de sa ville, avoir une opinion différente de la vôtre quant au respect de l’environnement vous dérange à ce point? […] La pétition qui circule actuellement demandant un statut particulier pour la zone A-16 a été rejetée du revers de la main. Incroyable! La population ne comprend sûrement pas toutes les subtilités du dossier, mais le message est clair : il est essentiel de la préserver. »

Carole Blouin critique aussi Marc-André Guertin pour avoir déclaré que le conseil ne parlera plus de circulation, mais de mobilité active. « Je vous rappelle que nous ne sommes pas sur le Plateau ni sur l’avenue Mont-Royal. Dites-moi, en quoi la densification, se serrer comme des sardines est un dispositif heureux pour l’humanité, pour le vivre-ensemble? La pandémie force un nouveau regard sur notre société, sur la vie communautaire et de quartier. Mont-Saint-Hilaire doit contribuer à l’augmentation du logement. Je fais le pari que le développement de la zone A-16 sera de luxe et, encore une fois, peu accessible et peu abordable. »

Mme Blouin reconnaît que la tenue d’une campagne de financement pour l’achat de boisés à préserver est une bonne initiative proposée par les élus. Mais elle se demande si la Ville doit payer de sa propre poche pour les protéger.

L’Œil Régional a demandé au seul candidat de Mouvement citoyen élu, Marcel Leboeuf, de commenter la sortie de sa cheffe. M. Leboeuf s’est contenté de rappeler qu’il a à cœur la préservation de la zone A-16 et a posé des gestes en ce sens.

Le maire répond

Le maire Marc-André Guertin a rappelé les contraintes pesant sur le conseil dans ce dossier qui « anime les passions depuis des années ». Il a aussi insisté pour mentionner que c’est par réalisme et non pas par une absence de volonté que la Municipalité n’envisage pas de demander de statut particulier pour la zone A-16.

« Nous sommes des passionnés d’environnement qui souhaitons favoriser une transition écologique harmonieuse. Aussi noble soit-elle, cette vision ne peut cependant faire fi des obligations des élus de protéger les intérêts des Hilairemontais. Les objectifs de densification exigés par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et les jugements rendus contre la Ville à ce sujet ne font que nous rappeler l’équilibre délicat dans lequel nous devons agir pour assurer l’aménagement sensé du territoire de la ville. »

M. Guertin assure que la Ville tiendra la communauté informée , tout en fournissant l’occasion de s’exprimer à ceux qui le souhaitent. Une consultation publique sera tenue au dépôt des règlements. M.Guertin ajoute que le conseil prendra en considération la pétition lorsqu’elle sera déposée officiellement à la Municipalité.

image