2 juillet 2021
Otterburn Park impose une réserve foncière pour construire l’école
Par: Sarah-Eve Charland
La Ville d’Otterburn Park envisage de relocaliser l’école primaire Notre-Dame dans le quartier Le Patriote.Photothèque | L’Œil Régional ©

La Ville d’Otterburn Park envisage de relocaliser l’école primaire Notre-Dame dans le quartier Le Patriote.Photothèque | L’Œil Régional ©

Otterburn Park ne compte pas laisser s’échapper les terrains où se retrouvera la nouvelle école primaire. Les élus ont imposé une réserve foncière sur 20 lots de terrain dans le nouveau développement Le Patriote. Il sera donc impossible d’y construire pendant au moins deux ans.

Publicité
Activer le son

« On voit la difficulté à Belœil de trouver un terrain. On a mis une réserve sur le terrain. On va acheter le terrain d’une façon ou d’une autre. On a réagi avant que le quartier soit complètement construit », affirme le maire d’Otterburn Park, Denis Parent.

La Ville a mandaté la firme DHC avocats et la firme d’arpenteur-géomètre Roch Mathieu pour établir le plan, la description technique et l’imposition de l’avis de réserve qui englobera 20 lots.

Avec les nouvelles exigences du ministère de l’Éducation, les centres de services scolaires doivent prévoir une plus grande superficie par enfant. La reconstruction de l’école Notre-Dame sur le site actuel offrait donc une option limitée, selon le maire.

En vertu de la Loi des cités et ville, Otterburn Park a voté une résolution afin d’imposer une réserve foncière pour une période de deux ans qui pourra être renouvelée sur deux ans. La réserve interdit toute construction, amélioration ou addition sur le terrain ciblé. La Ville privilégie l’achat du terrain de gré à gré, mais elle est prête à exproprier s’il le faut. Dans ce dernier cas, l’évaluation de l’indemnité devrait être établie en fonction de la date de l’expropriation.

La nouvelle école sera composée de huit locaux de classe pour le préscolaire, de 24 locaux de classe pour le primaire, de trois locaux de service de garde, d’une salle de motricité et d’un gymnase à deux plateaux. Elle remplacera les deux pavillons actuels considérés trop vétustes pour les rénover.

L’échéancier des travaux sera élaboré au cours des prochaines semaines, ajoute la porte-parole du Centre de services scolaire des Patriotes (CSSP), Lyne Arcand.

Consultation publique sur la relocalisation
Cette décision concorde avec la sortie du rapport des consultations publiques concernant la relocalisation de l’école primaire, menée par le CSSP. Les conclusions de la consultation publique au sujet de la relocalisation de l’école primaire d’Otterburn Park sont loin de mettre en lumière une tendance claire. Alors que la Ville souhaite construire l’école dans le nouveau quartier Le Patriote, 46 % des répondants à la consultation s’expriment en faveur, contre 39 % en défaveur.

Le maire est content des résultats même s’il avait espéré un plus grand taux de réponse. Il est conscient que la différence entre les personnes en accord et celles en désaccord est mince, mais « il n’y a pas d’autres alternatives », soutient-il.

La consultation publique s’est tenue de façon virtuelle du 15 au 31 mars. Parmi les 200 répondants, 15 % ont dit être mitigés, pouvant ainsi faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre.

L’école actuelle, divisée en deux pavillons, présente un taux de vétusté trop important, ce qui a poussé le CSSP à privilégier une reconstruction au lieu d’une réfection. Les deux pavillons seront ainsi réunis dans un même bâtiment au terme du projet. L’organisation a obtenu l’accord du ministère de l’Éducation pour ce projet représentant un investissement de 39 M$. La nouvelle école devrait ouvrir ses portes en septembre 2024.

Plusieurs thèmes ont ressorti des réponses, soit l’environnement et l’espace, la circulation et l’accès sécuritaire, le site ainsi que le transport actif. Pour chacun de ces thèmes, certains ont présenté des inquiétudes, d’autres des avantages.

« Nous souhaitions en savoir plus sur ce qui compte le plus pour eux, leur permettre de s’exprimer librement et [de connaître] leurs attentes face à ce projet. L’intention de cette démarche est de nous nourrir sur les éléments à prendre à considération. […] Parmi les éléments à prendre en compte, citons entre autres la sécurité des élèves et l’aspect environnemental. Dans les discussions que nous aurons avec la Ville d’Otterburn Park, ces éléments seront pris en considération », affirme Lyne Arcand.

image