27 octobre 2021
Pourquoi les textos?
Par: Vincent Guilbault

Le maire Yves Corriveau, à Mont-Saint-Hilaire, n’était pas heureux du tout que le journal mette la main sur ses échanges avec le promoteur Steve Richard, qui voulait bâtir un bâtiment avec logements et épicerie sur la rue Saint-Georges. M. Richard n’était pas content non plus.

Publicité
Activer le son

Pourtant, les deux hommes sortent peu amochés de cet exercice. Une lecture exhaustive des textos nous montre d’un côté un homme d’affaires qui pousse en faveur de son projet et, de l’autre, un maire qui a été peut-être un peu trop familier avec un promoteur.
Concernant M. Richard, le dossier est clos selon nous. Pour ce qui est de M. Corriveau, il dit avoir tiré une leçon de sa familiarité et assure que le nouveau processus implanté à la Ville concernant les discussions entre élus et promoteurs le protégera de tout impair à l’avenir.

Certes, ce qui doit le plus indisposer le maire sortant, c’est que ces documents soient dévoilés sur la place publique en pleine élection, à quelques semaines du vote. Ce n’est pas innocent, bien entendu.

Il faut dire que Denis Bélanger, journaliste attitré à Mont-Saint-Hilaire, tente depuis belle lurette de mettre la main sur ces échanges. Mais les nombreuses tergiversations d’avocats et la suppression des courriels et des textos du maire ont rendu l’exercice laborieux. Nous avons dû attendre après une source anonyme pour obtenir les documents. Clairement, la source a attendu le temps des élections pour faire sa sortie. Certains diront que le journal a donc été manipulé. Je n’irais pas jusque là, mais il est vrai que nous étions à la merci de la source. Ce sont souvent les règles du jeu lorsqu’on nage dans les confidences et l’anonymat.

Donc, pourquoi sortir le texte maintenant? Pour trois raisons. La première, c’est que ces échanges de textos ont eu lieu sur un téléphone fourni par la Municipalité entre un élu et un promoteur qui voulait construire un projet; un projet, rappelons-le, qui aurait dû être approuvé par tout un processus public.

Deuxièmement, ces échanges de textos ont mené directement à une modification des façons de faire à Mont-Saint-Hilaire. Depuis cet épisode, « toute interaction directe entre les promoteurs et les élus de tout niveau, pour toute la durée de la négociation reliée à un terrain » est exclue. Ce n’est donc pas anecdotique.

Finalement, même si les faits avancés ne sont pas condamnables selon l’experte Danielle Pilette, retenir cette information aurait placé le journal dans une position délicate. Nous aurions pu être accusés de vouloir protéger le maire Corriveau, ce qui n’est pas notre intention. J’aime rappeler, surtout en cette période d’élections municipales, que le journal n’appuie aucun candidat et n’offre aucun traitement préférentiel.

Candidats à Belœil
Merci à tous les candidats aux élections de Belœil d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Vous pouvez lire leurs réponses en pages 15 et 16. L’ordre de présentation a été décidé en lien avec la longueur des réponses, sans aucun autre critère.
Aussi, nous avons décidé, par souci d’espace, de ne pas publier les questions et les réponses concernant le futur du Golf, car les candidats se sont déjà amplement prononcés sur le sujet et à quelques nuances près, ils sont tous en faveur du maintien du zonage actuel. Aussi, les candidats ont des positions très semblables concernant un gel des taxes ou une hausse collée à l’indice des prix à la consommation. Ceux qui avaient une position différente ont pu l’exprimer dans d’autres réponses.

image