15 juin 2022
Mois national de l’histoire autochtone
Programmation chargée en juin à La Maison amérindienne
Par: Olivier Dénommée
L'exposition itinérante Voies parallèles, basée sur un balado du même nom, est présentée à La Maison amérindienne jusqu'au 4 juillet. Accompagnant l'exposition, on reconnaît une installation de l'artiste Jacques Newashish.Photo François Larivière | L'Œil Régional ©

L'exposition itinérante Voies parallèles, basée sur un balado du même nom, est présentée à La Maison amérindienne jusqu'au 4 juillet. Accompagnant l'exposition, on reconnaît une installation de l'artiste Jacques Newashish.Photo François Larivière | L'Œil Régional ©

La Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire se fait particulièrement active dans le cadre du Mois national de l’histoire autochtone. En plus de son traditionnel Grand rassemblement des coureurs des bois, l’institution muséale accueille aussi l’exposition itinérante Voies parallèles et tient plusieurs activités.

Publicité
Activer le son

Voies parallèles – jusqu’au 4 juillet

Exposition itinérante présentée depuis le 4 juin et jusqu’au 4 juillet, Voies parallèles est un projet collectif invitant au dialogue initié par Laurence Depelteau-McEvoy dans le cadre d’un balado (podcast) portant le même nom. On y propose des contenus textuels, visuels et numériques immersifs traitant de sujets d’actualité touchant aux réalités des populations autochtones. « C’est tellement pertinent parce que ça traite d’enjeux d’actualité. L’idée du balado est venue après ce qui est arrivé à Joyce Echaquan [son décès à l’hôpital de Joliette en 2020] et cherche à éveiller quelque chose, à élever les esprits », estime la directrice générale de La Maison amérindienne, Chantal Millette.

Voies parallèles se donne pour mission d’« ouvrir le dialogue entre les nations » et de permettre « de mieux comprendre les revendications autochtones en comprenant là d’où elles viennent ». « Il y a encore beaucoup d’éducation populaire à faire sur la réalité d’aujourd’hui. Ce qui est arrivé dans les pensionnats, ça faisait des années que les Autochtones le disaient, mais là, les gens ont enfin commencé à en prendre conscience. Le balado et l’exposition sont des occasions de créer des ponts », soutient Mme Millette.

Le format de l’exposition s’adresse notamment à un public plus jeune et offre un condensé du contenu des six épisodes d’une heure qui composent le balado Voies parallèles. Ceux qui désirent en savoir plus pourront aisément écouter les épisodes sur les plateformes numériques ou sur le site www.nouveaumondeproductions.ca. « Le visiteur pourrait continuer d’écouter le balado en marchant dans la forêt ou en prenant le temps de s’asseoir au café. C’est très autonome et chaque personne pourra écouter les épisodes à son rythme », illustre Chantal Millette. Les visiteurs de l’exposition pourront aussi admirer l’œuvre colorée de Jacques Newashish, installée au cœur de la salle d’exposition.

Grand rassemblement des coureurs des bois – 18-19 juin

Pendant une fin de semaine, La Maison amérindienne se transforme en site de reconstitution historique à l’occasion du Grand rassemblement des coureurs des bois, organisé cette année les samedi 18 et dimanche 19 juin. Il s’agit de la dixième édition de l’événement gratuit qui offre une formule de parcours déambulatoire avec des activités et de l’animation en continu entre 10 h et 17 h. « On travaille depuis 10 ans avec la même gang de passionnés! On reprend la formule qu’on avait essayée l’année dernière et qui avait été bien appréciée. Les visiteurs auront l’occasion de goûter à des saucisses de wapiti et à des grillades à l’extérieur », commente Chantal Millette.

Cette même fin de semaine, la rencontre Voix de résilience est prévue entre des expertes autochtones et une délégation d’expertes venues de France qui discuteront à La Maison amérindienne le 18 juin à 14 h. Cette rencontre est ouverte à tous.

Puis, le lundi 20 juin, une journée-atelier de sensibilisation à la réalité des femmes autochtones est organisée de 9 h 30 à 16 h en collaboration avec l’organisme Ainsi soit-elle. Cette journée d’ateliers est réservée aux femmes seulement.

Le 10e Grand rassemblement des coureurs des bois a lieu à La Maison amérindienne les 18 et 19 juin prochains. Photo gracieuseté

Journée nationale des peuples autochtones – 21 juin

La Maison amérindienne souligne en grand la Journée nationale des peuples autochtones, le mardi 21 juin, avec une soirée festive allant de 20 h jusqu’au coucher du soleil. Après des allocutions d’ouverture, on laisse la place à l’artiste innu Shauit en formule trio pour une performance qui promet d’être contagieuse. « Shauit fait du reggae, c’est parfait pour bien partir l’été, se réjouit Chantal Millette. Il nous fera danser et on va sortir nos tambours! » Le spectacle de Shauit sera suivi d’une cérémonie de clôture avec Nicole O’Bomsawin, aînée de la communauté d’Odanak, à travers des contes et des chants. Cette soirée festive gratuite, qui aura lieu à l’extérieur si la météo le permet, sera aussi webdiffusée, en direct ou en différé.

Pour souligner la Journée nationale des peuples autochtones le 21 juin, La Maison amérindienne reçoit le chanteur innu Shauit en formule trio pour une performance festive.
Photo gracieuseté

Par la suite, l’équipe de l’institution muséale ne sera pas moins occupée au courant de l’été : La Maison amérindienne reprend son camp de jour estival, du 27 juin au 26 août, misant sur l’art et la culture autochtones adressé aux jeunes de 6 à 12 ans. Aussi, l’exposition Cuisine amérindienne (le nouveau nom de l’exposition Makushan – Le festin d’André Michel présenté à l’hiver 2021) s’apprêtait à partir pour un passage en France, au Festival d’Avignon. De grosses annonces importantes doivent aussi suivre d’ici cet automne pour La Maison amérindienne, laisse entendre Mme Millette.

image