8 juin 2022
Balado
Rita Amabili, Dieu(e) et la femme
Par: Olivier Dénommée
L’Hilairemontaise Rita Amabili s’intéresse notamment à la place qu’occupe la femme dans la religion à travers l’histoire. Son balado Et Dieu(e) aima la femme aborde ce sujet sous l’angle de trois de ses propres romans historiques, dont La lingère d’Acquaviva (photo). Photothèque | L’Œil Régional ©

L’Hilairemontaise Rita Amabili s’intéresse notamment à la place qu’occupe la femme dans la religion à travers l’histoire. Son balado Et Dieu(e) aima la femme aborde ce sujet sous l’angle de trois de ses propres romans historiques, dont La lingère d’Acquaviva (photo). Photothèque | L’Œil Régional ©

La résidente de Mont-Saint-Hilaire Rita Amabili a surtout fait parler d’elle dans les pages de L’ŒIL pour les livres qu’elle a publiés ces dernières années, mais c’est aussi une théologienne qui a un regard féministe sur la place de la femme dans la religion. Ses derniers projets lui permettent de mettre de l’avant son point de vue.

Publicité
Activer le son

Rita Amabili a lancé le 3 juin le premier épisode du balado Et Dieu(e) aima la femme, où elle « croise les regards sur la place de la femme dans la spiritualité et, plus largement, dans la société » à travers des discussions avec des invités en abordant les thèmes de trois de ses propres livres, Saffia, femme de Smyrne, Marguerite, prophète et La lingère d’Acquaviva. Un épisode doit voir le jour chaque vendredi de juin, pour un total de quatre épisodes. Le premier, d’une durée de 23 minutes, permet à Rita Amabili d’échanger avec Sylvie Brousseau, chargée de projets en édition et rédactrice, au sujet de « l’évolution de la femme dans la société en décortiquant les aspects historiques, sociaux, religieux et spirituels » de Saffia, femme de Smyrne. « Ce projet est, pour moi, l’occasion de parler de l’Amour à temps et à contretemps dans un monde où il est trop souvent mal compris », a commenté Rita Amabili.

Et Dieu(e) aima la femme est disponible sur les différentes plateformes d’écoute numérique.

En complément au balado, Mme Amabili a rédigé trois lettres, s’adressant chacune aux héroïnes de ses histoires, soit Saffia, Marguerite et Benedetta, qu’elle diffuse maintenant sur sa chaîne YouTube. Cette démarche permet à l’auteure d’« expliquer le processus derrière la rédaction des trois œuvres ». Au moment d’écrire ces lignes, la lettre adressée à Saffia était déjà en ligne.

Les femmes et l’Histoire

Parallèlement, Rita Amabili présente aussi une petite série de publications sur sa page Facebook « Rita Amabili, théologienne », appelée « Les femmes et l’Histoire ». Le 30 mai, elle a présenté une première « personnalité féminine qui a influencé l’Histoire et qui a fait avancer la condition des femmes à sa manière », Marie de Magdala, plus connue sous le nom de Marie Madeleine. « Marie avait une mission porteuse d’universalité : messagère du phénomène de la résurrection en même temps que de l’enseignement de l’égalité des genres. D’innombrables faussetés ont été dites sur cette femme. On a voulu lui accoler plus de qualificatifs négatifs que le dictionnaire ne peut en porter. Bien sûr, c’est avant tout parce qu’elle était une femme! », écrit Mme Amabili à ce sujet, étayant par la suite sa réflexion.

Tout comme le balado, cette série de publications doit être complète après quatre, indique l’auteure.

image