1 novembre 2022
« Rock of Ages », du solide
Par: Olivier Dénommée
Dans la mouture québécoise de Rock of Ages, la chanteuse de Saint-Denis Lunou Zucchini tient le rôle de Sherrie Christian, une jeune femme pleine de rêves et de naïveté qui arrive à Hollywood.Photo François Larivière | L’Œil Régional ©��

Dans la mouture québécoise de « Rock of Ages », la chanteuse de Saint-Denis Lunou Zucchini tient le rôle de Sherrie Christian, une jeune femme pleine de rêves et de naïveté qui arrive à Hollywood. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Le personnage du narrateur Loony (Tommy Joubert) est aussi intense qu'attachant. Photo Sébastien Dion

Rémi Chassé interprète le rôle de la détestable rock star Stacee Jaxx, qui vient brouiller les cartes dans la relation entre les protagonistes. Photo Sébastien Dion

Sherrie (Lunou Zucchini) et Drew (Jordan Donoghue), deux jeunes en quête du succès, sont les personnages centraux de « Rock of Age ». Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Le spectacle met de l'avant le talent de quelques professionnelles de la danse (dont Megan Brydon et Kathline Greco sur la photo), qui ont livré des performances souvent très sexy. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

La distribution et quelques membres de l'équipe de production étaient présents au tapis rouge le 27 octobre. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Lunou Zucchini en compagnie de Joël Legendre. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

La comédie musicale Rock of Ages a vu le jour en 2005, combinant les classiques du rock des années 80 et la démesure associée à cette décennie. Après Québec et Trois-Rivières, c’est au tour de Montréal d’accueillir la mouture québécoise de ce spectacle aussi flamboyant qu’entraînant.

Publicité
Activer le son

Cette version met de l’avant le talent de 13 comédiens, chanteurs et danseurs, incluant Lunou Zucchini, originaire de Saint-Denis-sur-Richelieu, dont le talent a été mis en lumière durant Star Académie en 2021. Elle joue le rôle de Sherrie, une jeune femme qui quitte son Kansas natal pour devenir actrice à Hollywood. « Sherrie est une fille à la fois naïve et très courageuse, qui n’a pas peur de défoncer des portes pour avoir ce qu’elle veut », explique Lunou au sujet de son personnage qui démontre un côté très caricatural tout au long de sa performance. « Dans ce show, on ne se prend vraiment pas au sérieux! »

Dans Rock of Ages, Sherrie fait rapidement face à la dure réalité de Hollywood, mais tombe amoureuse de l’aspirante star du rock Drew (Jordan Donoghue), qui est trop maladroit pour lui affirmer son amour. L’arrivée de l’icône du rock Stacee Jaxx (Rémi Chassé) dans l’équation viendra brouiller les cartes entre les deux tourtereaux pendant que des promoteurs allemands essaient de faire démolir le bar Bourbon Room, où l’essentiel de l’action prend place. L’histoire est somme toute simple, mais la qualité de la narration et l’enrobage prennent vite le dessus.

Si Lunou Zucchini reconnaît avoir trouvé difficile de combiner le chant à la danse dans des numéros souvent très physiques et chorégraphiés au quart de tour, il faut dire que ça n’a pas trop paru à l’occasion de la première montréalaise de Rock of Ages, présentée le 27 octobre. C’est plutôt la mise en scène parfois très dense et les numéros de groupe éclatants (quoique parfois chaotiques au point de ne plus savoir où donner de la tête) qui retiennent l’attention.

Bonne dose d’autodérision
Le metteur en scène, Joël Legendre, a amené une saveur toute particulière à la version québécoise : si la version originale s’amusait déjà beaucoup avec le quatrième mur, le narrateur, interprété par l’excellent Tommy Joubert, vole le spectacle à plusieurs reprises en nous rappelant que, même si on assiste à ce spectacle en 2022, on est bien en 1987, époque où les sensibilités étaient bien différentes et où à peu près tout semblait encore permis. « Quand on est venu me chercher pour la mise en scène, je ne connaissais pas du tout Rock of Ages. Mais j’ai vite compris que c’était une comédie musicale à prendre au deuxième degré, qui se veut un peu pour rire des années 80 comme des comédies musicales », raconte Joël Legendre. Il a misé sur beaucoup d’autodérision et a encouragé les acteurs à incorporer dans le texte final les erreurs qu’ils ont faites pendant les répétitions, ajoutant au ridicule du spectacle. Il note aussi que le spectacle n’a « rien à voir » avec le film de Rock of Ages qui a vu le jour en 2012.

 

Le metteur en scène Joël Legendre a créé une version de « Rock of Ages » éclatée, qui se moque autant des années 1980 que des clichés des comédies musicales.
Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Le résultat est d’ailleurs très réussi. Les rappels subtils (ou pas) du contexte historique, les clins d’œil à l’actualité, les grossièretés tellement évidentes qu’il est impossible de les prendre au premier degré et même les acteurs qui semblent décrocher de leur rôle le temps d’une seconde; tous les ingrédients y sont pour passer une belle soirée, y compris pour ceux qui ne sont pas des habitués des comédies musicales et de leurs codes. « Avec le quatrième mur que franchit le narrateur, on chevauche la réalité de 1987 et de 2022, avec la réalité du #metoo qui existe aujourd’hui. Mais Tommy Joubert est tellement sympathique que ça prend trois secondes et les gens sont conquis. Il a le charisme pour faire passer ces messages », soutient le metteur en scène.

Le répertoire de Rock of Ages n’est certainement pas étranger au succès qu’il connaît. Cette comédie musicale de type « jukebox » est un feu roulant de succès (de Journey, Bon Jovi, Twisted Sister ou Pat Benatar pour n’en nommer que quelques-uns) qui ont marqué les esprits depuis plus d’une trentaine d’années. D’ailleurs, les interprètes principaux n’étaient même pas nés quand ces classiques du rock ont été enregistrés, mais cela ne les a pas empêchés de se les approprier avec brio sur scène.

« Les chansons, tout le monde les connaît, mais je dirais à ceux qui auraient encore une réticence que l’humour a le dessus sur le rock. On a fait un spectacle éclatant, avec du bling-bling et des paillettes, une nostalgie heureuse qui nous ramène à une époque de démesure totale : un show qui fait du bien », soutient Joël Legendre. Un avis partagé par Lunou Zucchini. « C’est un spectacle éclaté et pétillant qui vaut la peine pour ceux qui ne l’ont pas encore vu à Québec ou à Trois-Rivières », ajoute celle qui a constaté un bel engouement partout où le spectacle a été présenté jusqu’à présent.

Rock of Ages est encore présenté à l’Espace Saint-Denis, à Montréal, les 2, 3 et 4 novembre.

Lunou sur son X
L’intérêt de la Dionysienne Lunou Zucchini pour le théâtre musical est bien connu depuis longtemps, mais sa participation à Rock of Ages a confirmé ses intuitions. « Travailler sur ce spectacle avec une si belle équipe, ça a été un vrai coup de cœur pour moi et de vraies amitiés sont nées de ce projet. » Souhaite-t-elle poursuivre dans cette voie si la vie le lui permet? « Tellement, tellement, tellement! Je sens que je suis à ma place », répond-elle sans hésiter.

Une fois l’aventure Rock of Ages terminée, Lunou risque d’être très sollicitée pour d’autres projets. Au moment de l’entrevue, elle ne pouvait pas encore dévoiler les détails de ce qui l’attendait, mais elle a laissé entendre que ceux qui la suivent verront passer de bonnes nouvelles dans les prochains mois.

image