16 mars 2022
Projet avec Saint-Jean-Baptiste et Saint-Denis-sur-Richelieu
Saint-Charles a maintenant sa maison des jeunes
Par: Denis Bélanger

Mélanie Fontaine, Sébastien Racicot et Élizabelle Racicot, en compagnie de Jessica Trudeau, qui aaidé à la réalisation du projet. Photo gracieuseté

Saint-Charles-sur-Richelieu dispose depuis le 18 février d’une maison des jeunes, La Planque. Il s’agit d’une initiative d’une jeune fille de 13 ans, Elizabelle Racicot, qui, avec l’aide de ses parents et de ses voisins, a travaillé à créer un lieu stimulant qui accueille les ados de Saint-Charles tous les mercredis et les vendredis soir.

Publicité
Activer le son

La maison des jeunes est située au 2e étage du Centre Mathieu-Lusignan et offre aux jeunes deux plages horaires par soir d’ouverture, et ce, afin d’accommoder deux groupes d’âge différents. Ainsi, les préadolescents qui sont actuellement en 5e ou en 6e année du primaire pourront fréquenter La Planque le mercredi et le vendredi de 15 h à 17 h 15. Les plus vieux, soit les adolescents de 12 ans et plus, pourront à leur tour prendre possession des lieux entre 17 h 30 et 21 h 30.

La Planque compte sur deux animateurs et une intervenante. Elle sera toutefois gérée par la Maison des jeunes Le Repère, de Saint-Jean-Baptiste. « N’ayant pas en place les ressources nécessaires pour assurer la gestion des ressources humaines du projet, il nous apparaissait nécessaire de faire ce projet en concertation avec Le Repère, qui possède l’expertise et le personnel d’animation essentiel à la réalisation du projet. Donc, l’opportunité de partager des ressources est l’un des principaux points qui nous ont fait pencher pour cette option », explique la porte-parole de Saint-Charles, Josiane Arsenault Dubé.

Saint-Denis-sur-Richelieu aura également un point de service de la Maison des jeunes Le Repère, qui devrait ouvrir en mai. Les trois municipalités se sont d’ailleurs entendues dernièrement sur une entente de participation pour permettre l’embauche d’une intervenante jeunesse dans le cadre du projet pilote Le Repère mobile. « En se concertant, il est possible d’offrir à la ressource un [poste] temps plein, autrement impossible à réaliser. La Municipalité prend à sa charge l’aménagement du lieu, les salaires des animateurs ainsi que les projets spéciaux qui seront réalisés par les jeunes, en plus de verser à la Municipalité de Saint-Jean-Baptiste des frais pour l’administration du projet », ajoute Mme Arsenault Dubé.

image