5 novembre 2021
Transition MSH pointé du doigt par l’Association des citoyens
Par: Denis Bélanger

Pierre Nault

L’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH) doute que le parti Transition MSH de l’aspirant maire Marc-André Guertin puisse assurer un développement harmonieux et respectueux de l’environnement et des citoyens en vertu de l’implication passée de certains candidats au sein d’un comité de la Ville.

Publicité
Activer le son

Dans une publication partagée sur plusieurs plateformes, le président de l’ACMSH, Pierre Nault, souligne entre autres que l’aspirant maire Marc-André Guertin ainsi que les candidats Claude Rainville et Isabelle Thibeault ont participé aux travaux du comité consultatif du Plan métropolitain d’aménagement durable (PMAD), lequel a ouvert la porte à un développement résidentiel dans le secteur du chemin Ozias-Leduc.

« Leur participation soulève plusieurs questions quant à leurs orientations et capacités à infléchir la tendance actuelle du développement immobilier effréné. Dans la mesure où le développement outrancier prévu dans notre ville est le résultat des travaux de ces comités, que pouvons-nous espérer de ces acteurs s’ils sont élus ? »

L’ACMSH rapporte aussi qu’un certificat d’autorisation avait été émis à la Ville pour le remblai d’un marécage, situé derrière les Résidences Soleil, à la suite d’un rapport envoyé à Québec par Marc-André Guertin, qui travaillait alors au Centre la nature du mont Saint-Hilaire. La note ministérielle citant le document de M. Guertin a d’ailleurs été publiée sur le site internet de l’Association.

De son côté, Marc-André Guertin ne comprend pas pourquoi l’ACMSH fait porter à ses candidats l’odieux « d’une décision de l’administration [d’Yves] Corriveau par des citoyens qui n’ont qu’un pouvoir de recommandation et non un pouvoir décisionnel ».

« Isabelle Thibault et Claude Rainville étaient des représentants de l’ACMSH au comité consultatif du PMAD. Et tous les membres du comité avaient des préoccupations à l’égard de l’environnement et du développement harmonieux de Mont-Saint-Hilaire. »

Pour ce qui est du marécage, M. Guertin précise qu’il n’a finalement jamais été remblayé. « Le certificat d’autorisation émis à l’époque avait négocié pour une compensation de milieu naturel 10 fois plus grande. »

Absence de neutralité

La publication de l’ACMSH critique aussi l’administration d’Yves Corriveau. « L’ACMSH est inquiète de voir Yves Corriveau se représenter. Sa feuille de route et ses positionnements quant au dossier de la rue Saint-Georges, ou encore au développement derrière les Résidences Soleil, nous interpellent sérieusement. Son empressement à faire adopter le plan d’urbanisme malgré une forte opposition citoyenne fait en sorte qu’il ne semble accorder que peu d’écoute aux citoyens. »

Un seul parti est blanchi de toute critique, soit Mouvement citoyen. Rappelons que la chef du parti, Carole Blouin, était la présidente de l’organisme avant Pierre Nault, et le candidat Marcel Leboeuf en était aussi membre avant de se lancer en politique. M. Nault assure que l’Association demeure neutre et n’appuie pas Mouvement citoyen. « Nous n’avons rien à leur reprocher. Ce sont des citoyens qui se sont impliqués dans leur milieu. Mais nous ne les avons pas vantés. Nous faisons cette sortie pour informer les gens. »

Yves Corriveau et Marc-André Guertin n’y voient aucune neutralité. « C’est un message électoraliste de la part de l’ACMSH », déclare M. Corriveau.

« Est-ce que cette prise de position électoraliste reflète l’opinion de tous les membres du CA de l’ACMSH ou celle de son président ? Pourquoi briser maintenant la neutralité politique historique de l’ACMSH ? » s’interroge M. Guertin.

Ce dernier va même jusqu’à réclamer la démission de Pierre Nault de la présidence de l’ACMSH. M. Nault a répondu que ce sera aux membres de l’Association de décider de son sort. « À la prochaine assemblée, je vais mettre mon poste en élection sans problème. »

image