15 décembre 2021
Un budget de compromis à Belœil pour 2022
Par: Olivier Dénommée
La mairesse de Belœil, Nadine Viau. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

La mairesse de Belœil, Nadine Viau. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Malgré une promesse phare du parti de la nouvelle mairesse Nadine Viau de geler le taux de taxation résidentiel, le conseil en est venu à adopter une hausse de 1,55 % en 2022, ce qui équivaut en moyenne à 47 $ par contribuable par rapport à la dernière année.

Publicité
Activer le son

La soirée d’information du budget a eu lieu le 7 décembre, puis son adoption le 13 décembre. Ce premier budget de l’ère Viau a été un défi dans la mesure où trois équipes d’élus étaient autour de la table, avec des priorités parfois divergentes. La mairesse a accepté le compromis d’« une légère hausse du compte de taxes ». « C’est un budget de compromis. Je suis très fière et heureuse de faire cet effort de groupe et d’offrir une liste de services supplémentaires en contrepartie », a-t-elle soutenu au début de la présentation.

Interrogée à la suite de sa présentation, la mairesse a reconnu qu’elle a trouvé difficile de devoir abandonner son engagement. « C’était un engagement phare de ma plateforme, mais sur huit conseillers, cinq avaient des idées différentes. J’ai fait le choix de tendre la main à la collaboration en échange de gains en services, mais je comprends parfaitement les questions des citoyens et je vais mettre de l’énergie pour leur expliquer ce budget. »

Concrètement, le taux de taxes passe de 0,7010 $ par tranche de 100 $ d’évaluation municipale à 0,7172 $ pour les immeubles résidentiels. Ajoutons à cela la taxe d’eau (255 $, inchangée), l’assainissement de l’eau (226 $, 10 $ de moins qu’en 2021), la collecte des ordures (116 $, -4 $) et l’environnement (181 $, +10 $). Le propriétaire d’une piscine doit calculer un montant supplémentaire de 40 $, comme l’année dernière. Ainsi, le propriétaire d’une maison de valeur moyenne évaluée à 315 700 $, avec une piscine, paiera 3082 $ en taxes, un écart de 47 $ par rapport à 2021.

Budget de 46 M$
Belœil a adopté un budget équilibré de 46 048 400 $, soit une hausse de 542 900 $ comparativement à l’année précédente. Du côté des dépenses, les postes les plus importants demeurent les quotes-parts aux différents organismes et régies intermunicipales de la région, soit un montant d’environ 15,5 M$ (33,6 % du budget, une augmentation de 5,8 % des montants de 2021), la rémunération pour 13,2 M$ (28,7 % du budget) et le service de la dette à 6,8 M$ (14,8 %). La dette à l’ensemble des citoyens s’élève à 38 007 310 $.

Dans la colonne des revenus, les taxes demeurent de loin la principale source de revenus avec 37 999 700 $ (82,5 % du budget), suivie des revenus de tarifications et de services rendus avec 3,2 M$ (7 %), mais on prévoit aussi un montant de 2,8 M$ (6,1 %) issu des droits de mutation immobilière en 2022.

Davantage de services
Les premiers gestes majeurs du nouveau conseil se remarquent dans l’offre bonifiée de services. La Ville réserve 425 000 $ dans son budget afin de rendre plus accessible le transport collectif. Ainsi, les citoyens de Belœil pourront utiliser gratuitement les services d’exo pour leurs déplacements locaux. Une analyse est aussi en cours pour étendre cette gratuité aux étudiants qui doivent voyager à l’extérieur du territoire.

La Ville mise aussi davantage sur la participation citoyenne. On promet aux Belœillois, dès l’hiver 2022, une « plateforme interactive de participation citoyenne où ils pourront s’exprimer sur une multitude d’enjeux, suivre les échéanciers des différents projets, soumettre des idées, des commentaires et des mémoires, et consulter ceux publiés par les autres citoyens », indique la Ville. À cela s’ajoutent aussi des tables de quartier et un budget participatif. Notons qu’aucun montant spécifique n’a été réservé en 2022 pour le budget participatif.

Parmi les autres investissements prévus en 2022, la Ville énumère les « enveloppes bonifiées » pour l’amélioration du réseau routier, la bonification des offres en camps de jour et la poursuite de la numérisation des documents municipaux. Un plan d’investissement des infrastructures de loisirs est aussi dans les cartons.

image