21 Décembre 2022
Un dernier hommage bien senti à Serge Marois
Par: Olivier Dénommée
Serge Marois, le fondateur de L’Arrière Scène. Photothèque | L’Œil Régional ©

Serge Marois, le fondateur de L’Arrière Scène. Photothèque | L’Œil Régional ©

Beaucoup de proches et de collaborateurs de Serge Marois étaient rassemblés au Centre culturel, dont Serge Savard, son conjoint, Pierre Labbé, le compositeur de pratiquement toutes les créations de L’Arrière Scène, et Pierre Curzi, actuel président du CA de L’Arrière Scène.Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Beaucoup de proches et de collaborateurs de Serge Marois étaient rassemblés au Centre culturel, dont Serge Savard, son conjoint, Pierre Labbé, le compositeur de pratiquement toutes les créations de L’Arrière Scène, et Pierre Curzi, actuel président du CA de L’Arrière Scène.Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

La communauté théâtrale s’est donné rendez-vous au Centre culturel de Belœil le lundi 19 décembre pour célébrer une dernière fois la vie et l’œuvre du dramaturge Serge Marois, aussi connu comme étant le cofondateur et le directeur artistique de L’Arrière Scène pendant plus de 40 ans. Les témoignages émotifs se sont succédé au sujet de cet homme qui a voué sa vie au théâtre jeunesse et qui nous a quittés le 2 décembre.

Publicité
Activer le son

À l’occasion d’une cérémonie d’environ 90 minutes, il a été possible d’entendre de nombreux proches, amis et collaborateurs de Serge Marois partager leurs souvenirs et leurs anecdotes. Certains témoignages étaient empreints d’humour, d’autres ont été particulièrement émouvants, notamment celui de Simon Boulerice, qui n’avait pas peur de parler d’une « relation sincère » et de complicité avec celui qu’il voyait comme son père créatif. « Repose en paix, Serge l’asperge », a conclu pour sa part Stéphane Leclerc, qui a été la compagne de même que la mère du fils de Serge Marois. La cérémonie a été ponctuée de performances musicales en duo par Pierre Labbé et Claudine Ledoux, collaborateurs de longue date de L’Arrière Scène et de Serge Marois.

L’ancien député Jean-Pierre Charbonneau a réitéré son souhait formulé dans les pages de L’Œil Régional au lendemain du décès de Serge Marois, soit celui de voir le Centre culturel de Belœil nommé en son honneur. Une idée qui a été accueillie par une ovation debout dans la salle.

Le directeur artistique de L’Arrière Scène, Jean-François Guilbault, a annoncé qu’une représentation commémorative de Ma sœur, l’œuvre finale de Serge Marois présentée en grande première quelques semaines à peine avant son décès, aura lieu le 5 mai 2023 en collaboration avec la Maison Théâtre. O.D.

image