10 novembre 2021
Marcel Poirier 1941-2021
Un grand homme de culture s’éteint
Par: Olivier Dénommée
L’Œil Régional avait rencontré Marcel Poirier cet été pour souligner les grands moments du Cercle littéraire Françoise-Loranger, qu’il présidait depuis de nombreuses années. Il est malheureusement décédé le 2 novembre, des suites d’une maladie pulmonaire. Photothèque | L’Œil Régional ©

L’Œil Régional avait rencontré Marcel Poirier cet été pour souligner les grands moments du Cercle littéraire Françoise-Loranger, qu’il présidait depuis de nombreuses années. Il est malheureusement décédé le 2 novembre, des suites d’une maladie pulmonaire. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le milieu de la culture de la région a perdu la semaine dernière un de ses grands défenseurs. L’Hilairemontais Marcel Poirier est décédé le 2 novembre à 80 ans.

Publicité
Activer le son

Le nom de Marcel Poirier est étroitement associé au Cercle littéraire Françoise-Loranger, qu’il présidait avec passion et dévouement depuis plusieurs années. Mais sa liste d’implications est beaucoup plus longue : il s’est notamment impliqué comme cofondateur de la Fugue en art majeur et a été membre du Comité montérégien de la culture et des communications, membre du comité culture de Mont-Saint-Hilaire, trésorier du CA du Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire et administrateur de Culture Montérégie. Il avait d’ailleurs été admis comme membre honoraire de Culture Montérégie en 2020 en reconnaissance de son engagement pour le milieu culturel. « Marcel en a fait beaucoup pour la culture. C’était un homme structuré qui n’oubliait pas grand-chose et il s’est toujours engagé sans chercher à être mis de l’avant », témoigne sa conjointe, Ginette Simard-Poirier, qui a partagé sa vie pendant les 56 dernières années.

Mme Simard-Poirier se souviendra toujours des grandes qualités de celui qui était « un mari, un papa de trois filles et un papi merveilleux pour ses six petits-enfants » : son intelligence, son ouverture d’esprit et son désir d’être toujours à l’avant-garde, des qualités dont il a abondamment fait profiter les membres du Cercle littéraire Françoise-Loranger grâce aux auteurs qu’il parvenait toujours à convaincre de se déplacer le temps d’une conférence.

André Michel, artiste bien établi à Mont-Saint-Hilaire qui a aussi bien connu Marcel Poirier, n’avait que de bons mots pour cet homme de culture. « Homme doux, charmant, affable, cultivé, il va nous manquer dans le paysage culturel de Mont-Saint-Hilaire. » Au moment d’écrire ces lignes, il avait été possible de constater que quelques autres acteurs du milieu culturel, à Mont-Saint-Hilaire et ailleurs dans la région, avaient écrit quelques mots en mémoire de Marcel Poirier, signe qu’il n’avait laissé personne indifférent dans ses nombreuses rencontres au fil des années. « J’ai partagé sa vie pendant tout ce temps, mais je n’avais jamais réalisé à quel point il en a fait pour la culture », reconnaît sa femme.

Départ serein
L’Œil Régional avait accordé une longue entrevue à Marcel Poirier en août dernier, à la fois pour souligner les bons coups des 25 années du Cercle littéraire Françoise-Loranger, mais aussi pour annoncer les auteures invitées pour la saison 2021-2022, sans se douter qu’il avait des problèmes respiratoires. « Cela fait maintenant un an qu’il avait perdu de la capacité pulmonaire, mais ça s’est précipité dans le dernier mois », explique Ginette Simard-Poirier. Son mari s’est par la suite retrouvé à l’hôpital, sous respirateur artificiel.

Puis, dans la nuit du 1er au 2 novembre, Mme Simard-Poirier, les trois filles du couple et trois de ses petits-enfants se sont retrouvés au chevet de Marcel Poirier pour une dernière fois. « Ses poumons ne fonctionnaient plus du tout. Il ne voulait pas d’acharnement thérapeutique et a demandé à être débranché. Il est parti serein, entouré des siens », relate sa complice.

Il est encore trop tôt pour annoncer la date des funérailles de Marcel Poirier, mais on sait déjà que cela doit avoir lieu à La Maison amérindienne, un lieu de culture important à Mont-Saint-Hilaire, pour permettre à ceux qui l’ont connu de lui rendre un dernier hommage. La date sera dévoilée prochainement, mais cela devrait avoir lieu d’ici la fin novembre, espère Mme Simard-Poirier.

image