31 août 2022
Un peu d’espoir
Par: Denis Bélanger

L’actualité m’a fourni plein de sujets à aborder dans cette missive, mais j’ai décidé de sortir des sentiers battus. Je ne veux pas parler d’élections, on aura amplement le temps de revenir sur ce sujet d’ici le 3 octobre. Ensuite, la rentrée scolaire comporte pour l’instant moins d’enjeux que les deux précédentes où la COVID-19 portait grandement ombrage. Ça peut toutefois changer rapidement, évidemment. Puis, finalement, je n’ai rien de nouveau à apporter pour l’instant sur le parc canin de Belœil. Je veux plutôt vous parler de la couverture d’un jeu vidéo qui met à l’avant-plan une femme.

Publicité
Activer le son

La joueuse de hockey canadienne Sarah Nurse marque l’histoire cette année en étant sur la couverture de NHL 23. C’est la première fois qu’une femme obtient cet honneur dans l’histoire de la franchise des jeux d’EA Sports sur la Ligue nationale de hockey (LNH). Il faut mentionner qu’elle partage la couverture avec le joueur professionnel américain Trevor Zegras. Certains se plaindraient sûrement qu’on aurait pu laisser toute la place à Nurse ou qu’un tel honneur reviendrait à la Sidney Crosby du hockey féminin, Marie-Philip Poulin. C’est un débat futile quant à moi.

Je me réjouis qu’une entreprise veuille mettre de l’avant sur la page couverture d’un jeu le sport féminin. J’entends encore trop souvent des gens accorder moins de mérite aux exploits sportifs des filles que des garçons. De plus en plus d’organisations sportives placent les athlètes féminines en position de tête d’affiche principale de leurs événements, et ce, même lorsqu’il y a aussi des hommes en action.

La lumière après la noirceur

Cette petite nouvelle qui peut sembler anodine vient mettre un peu de lumière après un été noir. Il a y eu le conte d’horreur à Hockey Canada qui a tenté d’étouffer un scandale sexuel. Puis, au sud de la frontière, un jugement de la Cour suprême a invalidé le droit à l’avortement.

Le sujet de l’avortement a même fait jaser au Québec. D’un côté, François Legault voulait bannir les antiavortements d’un poste électif. De l’autre, Éric Duhaime a recruté un candidat antiavortement, qui a toutefois rassuré les gens en disant qu’il ne voulait pas légiférer sur la question.

Pendant la pandémie, beaucoup de gens ont affirmé que le gouvernement du Québec a brimé les droits et libertés des gens en imposant notamment le passeport vaccinal. Ces gens disaient que c’était à eux de choisir ce qu’ils veulent bien injecter ou non dans leur corps. Pourtant, j’entends peu de ces gens dire que c’est à la femme elle-même de décider si elle veut garder ou non un bébé. Les contradictions vont vite être apparentes à mon avis dans la prochaine campagne.

Ceux qui voudraient me lancer des tomates ou des œufs pour mes propos, ne gaspillez pas de la nourriture pour ça, l’inflation fait trop mal présentement. OK, j’ai menti, j’ai parlé un peu d’élections. En habile joueur de hockey, j’ai fait une passe à la palette de mon sujet de la couverture vidéo avant de reprendre le disque et compter dans le filet électoral.

image