20 juillet 2022
Dans une van modifiée pendant six mois
Un rêve de liberté sur les routes de l’Afrique australe
Par: Vincent Guilbault
Jean-François Gallant, Eve Charron et leurs enfants Loik et Elyane.

Jean-François Gallant, Eve Charron et leurs enfants Loik et Elyane.

En 2017, la famille Gallant-Charron avait quitté sa demeure de Saint-Denis-sur-Richelieu pour faire le tour de l’Amérique du Sud pendant cinq mois. Après deux ans de sacrifices et de préparation, la famille de quatre (Jean-François Gallant, Eve Charron et leurs enfants Loik et Elyane) avait monté à bord de leur Dodge Caravan modifié en campeur pour se rendre jusqu’au Guatemala. Cette expérience a changé à jamais la petite famille, qui a décidé cette fois de repartir à l’aventure pour visiter l’Afrique australe.

Publicité
Activer le son

 

Au moment d’accorder cette entrevue à L’ŒIL, le 14 juillet dernier, la famille venait de s’installer à Durban, en Afrique du Sud. Arrivée en sol africain le 28 juin à Johannesburg, la famille a dû attendre après son véhicule jusqu’au 19 juillet, transporté par bateau, pour continuer son périple. Le Dodge Caravan, fatigué par les kilomètres dans différents voyages, n’était plus en mesure d’assurer un transport sécuritaire à la famille qui, cette fois, s’est lancée dans la modification d’un Dodge Ram Promaster, de type fourgon utilisé par les entrepreneurs. Équipé de panneaux solaires (550 watts), d’un poêle à induction, de lits, d’une table, de beaucoup de rangement, d’une mini-terrasse sur le toit et même d’une mini salle d’eau, le véhicule permet à la famille d’être complètement autonome.

« Le véhicule, c’est le gros morceau de la préparation », explique le père de famille. Sur son compte YouTube, M. Gallant a d’ailleurs publié une vidéo où il explique toutes les modifications apportées au véhicule.

La deuxième étape est la préparation de l’itinéraire. La famille quittera l’Afrique du Sud pour se rendre ensuite en Namibie, au Botswana, en Zambie, en Tanzanie, au Kenya, au Malawi et au Zimbabwe. « Ce sont les pays les plus sécuritaires », souligne Eve Charron, pour justifier le choix de ces pays. Certains pays de l’Afrique sont en guerre, d’autres ont échappé au contrôle du gouvernement et la criminalité est importante. « Les pays demandent tous des visas différents; il faut trouver les bons documents, c’est beaucoup de préparation. »

Dépaysement
En attendant le véhicule, la vie en Afrique ressemble à celle en Amérique, explique la famille qui réside pour le moment dans un logement loué via Airbnb.

La famille a pris part à leur premier safari à Sainte-Lucie, en Afrique du Sud et plusieurs autres sont prévus. On va faire au moins un ou deux safaris par pays, explique le père. Pour le moment, le quatuor a pu voir des rhinocéros, des phacochères, des antilopes, des hippopotames et même un éléphant. « Nous sommes tombés face à face avec lui. Ce n’est pas idéal. On a eu peur lorsqu’il a commencé à charger.

Sauf sur la route, où les villages montrent la grande pauvreté présente en Afrique. La famille a aussi constaté le clivage racial entre les Blancs, plus riches, et les Noirs, qui vivent dans la pauvreté.

Jean-François Gallant se dit aussi marqué par la crise énergétique qui sévit en Afrique du Sud, ce qui force le gouvernement à faire du délestage et à planifier des coupures de courant. « Toute forme de ressource est assez précieuse (eau , électricité). En Amérique, on en consomme à outrance! »
« Dès que la van arrive, on part vers la Namibie, explique Eve. Nous allons voir le plus vieux désert au monde, voir des villages abandonnés où les maisons sont recouvertes de sable. »

On voit beaucoup de singe en liberté, souligne Loik. Ce sont les écureuils de l’Afrique, renchérit son père. « Un est entré dans notre maison; la porte patio s’ouvre toute seule […], et je vois une petite face aller dans la cuisine pour voler des biscuits et repartir. »


Les voyageurs souhaitent aussi visiter une communauté massaï, un peuple indigène semi-nomade vivant en Tanzanie et au Kenya. « On ne peut pas y aller sans guide, ajoute Mme Charron. C’est un peuple qui élève des chèvres de façon traditionnelle et qui refuse la technologie. » C’est là que la famille pense être la plus dépaysée.

Pour suivre le voyage : « Étincelle de Liberté » sur Facebook, YouTube et TikTok.

Style de vie
Au retour de l’Afrique, en janvier prochain, si tout va bien, la famille aura en tout visité 22 pays et toutes les provinces du Canada.
Le premier voyage en Amérique du Sud a été une super belle expérience, avec seulement quelques pépins techniques. L’école sur la route s’est aussi bien faite et le retour en classes s’est fait naturellement.

« Ce premier voyage a été le déclencheur de notre nouveau mode de vie, affirme Mme Charron. C’est comme ça qu’on va voyager maintenant. »
Ce genre de voyage coûte cher et demande donc énormément de sacrifices et de compromis, comme de vivre entassés dans une caravane pendant de nombreux mois. « Il faut donc se concentrer sur ça, mettre notre argent de côté, se priver de sorties. Nous élevons nos propres cochons et nos poules pour la nourriture. Mais c’est une question de volonté. Oui, je fais un bon salaire, mais je pense qu’on peut voyager selon ses moyens », pense le père de famille.

Bien sûr, le retour à la vie « normale » après un voyage de six mois vient avec sa part de blues. C’est pour ça, en partie, que le couple espère vivre de cette façon une fois que les enfants auront quitté le nid familial. « Dans quelques années, on prévoit prendre notre préretraite dans la van, de quitter la maison. Les voyages ont confirmé qu’on adorait ce mode de vie », conclut la mère.

Pour suivre le voyage: Étincelle de libertés sur Facebook, YouTube et Tik Tok.

image