15 décembre 2021
8e Biennale de dessin au MBAMSH
Une biennale toute québécoise empreinte de résilience
Par: Olivier Dénommée
Huit artistes québécois ont exploré à leur façon le thème de la résilience en utilisant le dessin comme médium de création. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Huit artistes québécois ont exploré à leur façon le thème de la résilience en utilisant le dessin comme médium de création. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

On reconnaît de gauche à droite, Sébastien Gaudette, Jenie Gospodinova, le président du CA du MBAMSH André Michel, Thierry St-Laurent, Geneviève LeBel, Robert Chayer, Giuseppe DiLeo, Frank Mulvey et Christian Parent lors du vernissage de la Biennale de dessin. Photo Patrick Deslandes

On reconnaît de gauche à droite, Sébastien Gaudette, Jenie Gospodinova, le président du CA du MBAMSH André Michel, Thierry St-Laurent, Geneviève LeBel, Robert Chayer, Giuseppe DiLeo, Frank Mulvey et Christian Parent lors du vernissage de la Biennale de dessin. Photo Patrick Deslandes

Jusqu’au 2 janvier, il est possible d’admirer au Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire (MBAMSH) sa huitième Biennale de dessin, en lien avec le thème Résilience. Des 80 dossiers reçus, la Musée a retenu les huit meilleures propositions, toutes d’artistes québécois.

Publicité
Activer le son

« La sélection n’a pas été faite que selon la maîtrise du dessin, mais également parce que toutes les propositions avaient une forte résonance par rapport au thème imposé. Les artistes retenus ont tous exploré les différentes avenues du thème de la résilience », explique la directrice générale du MBAMSH, Geneviève Létourneau. Et, surtout, même si aucun artiste de l’international ne fait partie de la biennale, on ne perd aucune qualité à cette exposition.

Les différentes propositions des artistes Robert Chayer, Giuseppe DiLeo, Sébastien Gaudette, Jenie Gospodinova, Geneviève Lebel, Frank Mulvey, Christian Parent et Thierry St-Laurent explorent le vaste thème de différentes façons. « Le jugement, les relations amoureuses, le fait qu’on ne peut jamais complètement revenir comme avant à la suite d’un événement, la colère comme moteur de transformation… », énumère Mme Létourneau.

Les commentaires reçus sont très positifs depuis le début de l’exposition. « Les visiteurs sont ravi d’avoir droit à une telle qualité de propositions. Et, en plus, c’est québécois! C’est le signe qu’on ne manque vraiment pas de talent ici. Normalement, une quinzaine d’artistes exposent pendant la biennale, mais on a fait le choix d’en prendre moins pour présenter plus d’œuvres et, en même temps, créer des histoires de résilience entre les œuvres », commente la directrice générale. Elle ajoute que cette formule permet une meilleure incursion dans l’univers respectif de chaque artiste. « Tous ont quelque chose de particulier et d’unique… Moi, j’aurais de la difficulté à désigner un coup de cœur unique! »

Un catalogue accompagne cette exposition qui se termine le 2 janvier 2022. Pour plus d’informations, il est possible de consulter le www.mbamsh.com ou de contacter le Musée au 450 536-3033 ou au reception@mbamsh.com.

image