18 mai 2022
Projet pilote à Belœil et à McMasterville
Une deuxième année « bonifiée » pour exo à la demande
Par: Olivier Dénommée
À compter du 30 mai, exo à la demande entamera sa deuxième année d’activité et verra son offre bonifiée, particulièrement à la gare de McMasterville.Photothèque | L’Œil Régional ©

À compter du 30 mai, exo à la demande entamera sa deuxième année d’activité et verra son offre bonifiée, particulièrement à la gare de McMasterville.Photothèque | L’Œil Régional ©

Le projet pilote « exo à la demande », qui devait durer une année sur le territoire de Belœil et de McMasterville, sera finalement prolongé d’une année supplémentaire. Il sera toutefois amélioré pour mieux répondre aux doléances de plusieurs citoyens qui ont utilisé le service dans la dernière année, incluant un meilleur arrimage avec les horaires de la gare de McMasterville.

Publicité
Activer le son

Selon les observations d’exo, ce service de bus sur demande et sans itinéraire fixe a vu son achalandage connaître une croissance plus rapide que le service régulier par autobus et a « permis de rejoindre une nouvelle clientèle, dont des aînés et des étudiants, en desservant plus efficacement des destinations locales ». Les derniers sondages d’exo indiquent que 39 % des répondants ont utilisé son service d’autobus pour la première fois depuis l’arrivée d’exo à la demande et l’entreprise insiste pour dire que les résultats étaient très majoritairement positifs, malgré les nombreuses plaintes d’utilisateurs qui ont parlé cet hiver à L’ŒIL et qui auraient souhaité une meilleure desserte pour et en provenance de la gare de McMasterville, là où les horaires de train demeurent fixes.

Ces demandes ont été entendues par exo, assure-t-on, et le transporteur présentera, à compter du 30 mai, une série d’améliorations à exo à la demande. « L’arrimage du service d’autobus à la gare de McMasterville sera notamment bonifié avec l’ajout d’un deuxième véhicule dédié au rabattement au train de banlieue. Une ligne téléphonique prioritaire pour les réservations de déplacements sera également créée au centre de relations clients d’exo », explique le porte-parole d’exo, Jean-Maxime St-Hilaire, ajoutant que d’autres améliorations sont à prévoir au courant des prochains mois. Le temps dira si les changements arrivent bel et bien à répondre aux doléances des utilisateurs qui n’ont pas tous apprécié le service dans la dernière année.

Villes enthousiastes
Du côté de la Ville de Belœil, on se réjouit de la reconduction du projet pilote pour une année dans un contexte plus « normal ». La mairesse Nadine Viau a récemment assuré qu’il y avait eu « beaucoup de discussions avec exo » pour régler les irritants d’exo à la demande et espère « que le service sera de qualité et répondra aux attentes de tous ». Elle réitère également le désir de Belœil d’« arriver à la gratuité du transport collectif local ».

« L’avenir de la mobilité passe par des solutions innovantes et le projet pilote exo à la demande est une initiative en ce sens. Nous suivons avec grand intérêt ce projet qui s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue des pratiques en matière de mobilité durable », commente quant à lui Martin Dulac, maire de McMasterville.

Ajout d’un abribus
En plus de l’annonce confirmant la prolongation de son projet pilote, exo a aussi prévu l’installation d’un nouvel abribus, « moderne et plus facilement accessible aux personnes à mobilité réduite », à McMasterville. Il se trouvera sur la rue Richelieu, à l’intersection de la rue de l’Église, et doit être installé d’ici la fin de la semaine. « Exo est fier d’annoncer l’installation de nouveaux abribus répartis sur son territoire. Ceux-ci permettront à notre clientèle de se protéger des intempéries et contribueront à l’amélioration de l’expérience client d’exo », croit Marie Hélène Cloutier, directrice exécutive Engagement clients, partenaires et innovation en mobilité d’exo.

***

Exo s’électrifie
Le gouvernement du Québec a annoncé récemment investir des sommes importantes pour soutenir le programme exobus, une initiative ayant pour but de transformer le modèle d’affaires d’exo, ce qui lui permettra de devenir propriétaire d’un parc d’autobus 100 % électriques et des infrastructures nécessaires à leur entretien.

La phase 1 du programme exobus, en cours jusqu’en 2027, totalise à elle seule un investissement de 338 M$ et servira essentiellement à l’achat d’une centaine d’autobus électriques, dont certains qui circuleront assurément dans la Vallée-du-Richelieu, et la construction de deux garages d’entretien. Le but d’exo serait d’acquérir environ 1000 autobus 100 % électriques et construire une dizaine de garages dans la région métropolitaine d’ici 2040.

image