26 janvier 2022
Une Hilairemontaise parmi les meilleurs pâtissiers du Québec
Par: Olivier Dénommée
L'Hilairemontaise Sabrina Danoë Balmir en compagnie les animateurs Marie-Eve Janvier et Joël Legendre. Photo Bertrand Exertier

L'Hilairemontaise Sabrina Danoë Balmir en compagnie les animateurs Marie-Eve Janvier et Joël Legendre. Photo Bertrand Exertier

Un gateau créé par Sabrina Danoë Balmir en dehors de la compétition. Photo gracieuseté

Un gateau créé par Sabrina Danoë Balmir en dehors de la compétition. Photo gracieuseté

Originaire d’Angleterre et déjà adaptée dans 37 pays, la compétition The Great British Bake Off a maintenant sa version québécoise, Le meilleur pâtissier du Québec, où dix pâtissiers amateurs de haut calibre s’affrontent depuis la semaine dernière sur la plateforme Vrai. Une candidate de Mont-Saint-Hilaire fait partie de cette aventure sucrée.

Publicité
Activer le son

Au quotidien, l’Hilairemontaise Sabrina Danoë Balmir est conseillère en ressources humaines, mais elle est surtout une grande amoureuse de la pâtisserie. « J’avais suivi la version british de l’émission, mais je n’avais pas vu passer les publicités pour participer à la mouture québécoise. Ce sont des amis qui m’ont taguée sur Facebook pour me dire que je devais tenter ma chance », raconte la participante. Elle a ensuite été retenue avec neuf autres candidats issus des quatre coins du Québec parmi quelque 600 pâtissiers amateurs. « Je m’attendais à un bon niveau, mais j’ai été surprise de voir une telle diversité. Il y a plein de saveurs différentes dans cette cohorte! »

Les premiers épisodes, en ligne depuis le 18 janvier, montrent effectivement un bel éventail de saveurs, des personnalités très colorées et, surtout, un niveau très relevé. « C’était une très belle expérience et j’ai eu l’occasion de faire de très belles rencontres, poursuit Sabrina. Je pense que je me suis fait des amis pour la vie parmi les autres participants. On s’est créé un groupe sur Messenger et on s’écrit chaque semaine pour se demander des conseils sur des techniques ou des électroménagers à se procurer ou encore pour se donner des défis! » Elle souligne la belle camaraderie, l’entraide et la bienveillance entre les compétiteurs, bien visibles à l’écran.

Autre élément très présent : la beauté de la région! L’immense chapiteau abritant les cuisines de la compétition se trouvait dans un champ sur le terrain de Mouton Village, à Saint-Charles-sur-Richelieu. Une petite fierté pour la candidate locale. « Le lieu de tournage était à sept minutes de chez moi! Je pense que les scènes à l’extérieur mettent bien en valeur la Vallée-du-Richelieu », confirme Sabrina.

Du côté de Mouton Village, on ne conserve que du positif de la collaboration avec l’équipe de Le meilleur pâtissier du Québec. « En une douzaine de journées de tournage, on a accueilli 70 personnes chaque jour sur le plateau; c’était un beau défi », commente Samuel Fontaine, copropriétaire de Mouton Village. Il précise que c’est Marie-Eve Janvier, qui avait connu le lieu alors qu’elle animait L’amour est dans le pré, qui a proposé le site de Mouton Village à la production. « On est déjà en pourparlers pour une deuxième saison! Je n’ai pas encore vu les épisodes, mais j’espère que ça donnera une belle visibilité, à nous et à notre belle région! »

Pas une compétition comme les autres
Les compétitions culinaires ne manquent pas au Québec, mais l’équipe de production tenait à changer de ton avec Le meilleur pâtissier du Québec, se voulant une émission « lumineuse, qui fait du bien ». C’est le tandem Joël Legendre et Marie-Eve Janvier qui anime l’émission, avec une bonne dose d’humour et d’empathie. « On est authentiques dans notre façon d’animer et c’est l’occasion de voir une Marie-Eve Janvier complètement décontractée », lance Joël Legendre. Il ajoute que l’émission laisse place à toute une gamme d’émotions. « On rit beaucoup et on verse aussi quelques larmes. »

Deux juges, Joël Lahon et Gaël Vidricaire, ont l’ingrate tâche de choisir chaque semaine le pâtissier qui doit quitter l’aventure. « Gaël est plus dans la technique et la précision, alors que Joël est davantage dans la gourmandise », résume Valérie Beaulieu, productrice au contenu.

Court passage
Alerte divulgâcheur : les deux premiers épisodes de Le meilleur pâtissier du Québec sont en ligne depuis la semaine dernière et on peut constater que Sabrina a déjà dû quitter l’aventure. Une déception pour l’Hilairemontaise, qui espérait se rendre plus loin, mais elle ne regrette pas du tout d’avoir fait partie de cette première cohorte. « Je pense qu’aucun des participants n’était sans peur en allant dans cette compétition, mais le challenge était très motivant pour nous! »

Ceux qui ont visionné le premier épisode se souviennent d’un moment marquant lorsque le four de Sabrina a pris feu pendant un défi. Heureusement, plus de peur que de mal et le plateau de tournage n’a pas eu à être évacué malgré l’incident!

Sabrina Danoë Balmir espère que les téléspectateurs apprécieront la mouture québécoise de cette compétition et seront inspirés par les créations gourmandes des différents participants. Elle invite aussi les amateurs de pâtisserie de la région à ne pas hésiter à tenter leur chance dans le futur. « C’était une expérience que je conseille à tous », conclut-elle.

image