30 mars 2022
Une initiative citoyenne pour avoir une école alternative dans la région
Par: Olivier Dénommée
La Belœilloise Janie Blouin milite pour que la région accueille une école alternative de type Steiner-Waldorf et espère que de nombreux citoyens participeront à la soirée d’information prévue le 7 avril pour aider à concrétiser ce projet. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

La Belœilloise Janie Blouin milite pour que la région accueille une école alternative de type Steiner-Waldorf et espère que de nombreux citoyens participeront à la soirée d’information prévue le 7 avril pour aider à concrétiser ce projet. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Le manque de places dans les écoles pour bien répondre aux besoins de la région est un enjeu bien connu, notamment à Belœil, mais un groupe de citoyens milite pour que ce soit une école alternative de type Steiner-Waldorf qui voit le jour dans les prochaines années. La Belœilloise Janie Blouin souhaite informer un maximum de personnes sur ce qu’impliquerait un tel projet.

Publicité
Activer le son

Mère de deux enfants de 6 ans et 18 mois, Janie Blouin s’intéresse depuis un certain temps à la pédagogie Waldorf (parfois aussi appelée Rudolf-Steiner) et souhaite que ses enfants puissent avoir accès à un parcours scolaire qui respectera leur rythme et qui leur donnera les « fondations » nécessaires pour mener une meilleure vie. « Les enfants, ça leur prend des repères, surtout dans l’ère du “trop” et la société matérialiste dans laquelle on vit. Ça prend une certaine stabilité et c’est ce que Waldorf propose avec un même enseignant qui suit l’enfant de la première à la sixième année. Il le connaît et peut mieux aller à son rythme. Il y a aussi une stabilité au niveau des camarades de classe », soutient-elle.

Selon elle, cette pédagogie aurait aussi l’avantage de « stimuler la créativité des enfants » qui y adhèrent tout en enlevant la compétition entre les élèves, poursuit-elle. « On la surnomme l’école anti-stress. Ça aide l’enfant à mieux structurer sa pensée, à lui donner de la volonté et le rendre fonceur et motivé. Il sera capable de lire et d’écrire comme tout le monde à la fin de son parcours, mais il prendra son propre chemin pour s’y rendre. »

Or, Janie Blouin estime que la pédagogie Steiner-Waldorf est encore largement méconnue et mal comprise, particulièrement au Québec, où on compte seulement quatre écoles alternatives en faisant la promotion. « Pourtant, on en trouve une douzaine en Ontario et dans tout plein de pays, mais le Québec est peut-être plus conservateur sur l’éducation, même s’il a tout avantage à apprendre à connaître cette pédagogie. »

Rencontre
Mme Blouin souhaite informer le public lors d’une soirée d’information prévue le 7 avril, où elle invite cinq intervenants qui connaissent bien cette pédagogie et ses aboutissants. Il sera possible d’y entendre Judith Langevin, directrice de l’école Rudolf-Steiner de Montréal (ERSM), Maud Polak, enseignante Waldorf, Geneviève Bertrand, mère d’un enfant de troisième année à l’ERSM, Thomas Missud, ancien élève Waldorf aujourd’hui psychoéducateur, et Chantal Lapointe, formatrice des professeurs Waldorf à l’Institut Pégase.

« L’idée est de faire connaître cette pédagogie et ce projet à tous les publics. Je mets toutes mes énergies dans ce projet, mais c’est en communauté qu’il pourra se réaliser et la prochaine étape, après cette rencontre, sera de former un conseil d’administration avec des personnes intéressées », raconte Janie Blouin.

Elle sent déjà un bel engouement dans la communauté – environ 170 personnes ont joint un groupe Facebook pour créer une école alternative dans la Vallée-du-Richelieu – et elle estime avoir des alliés parmi les élus à Belœil, ce qui pourrait aider à donner du poids à ce projet d’école qu’elle souhaite voir proposé au Centre de services scolaire des Patriotes, si possible à Belœil, où une toute nouvelle école doit justement voir le jour.

Si le projet ne rencontre aucun écueil et qu’il bénéficie d’un appui massif de la communauté, l’école alternative pourrait théoriquement accueillir ses premiers enfants dès la rentrée 2023, mais comme il n’est pas simple de créer une école à partir de zéro, il n’est pas exclu que cela commence par un « centre d’apprentissage », aux paramètres beaucoup moins contraignants qu’une véritable école, pour initier le plus tôt possible les enfants à la philosophie Waldorf.

Une vocation
Infirmière de formation, Janie Blouin a toujours voulu aider les autres, et son intérêt pour l’éducation Steiner-Waldorf est en continuité avec sa vocation. « Je suis actuellement une formation pour devenir enseignante Waldorf, ce qui se donne à temps partiel pendant trois ans. J’ai fait mon bout de chemin en soins infirmiers, mais quelque chose de plus grand m’appelle avec cette école, et ça m’amène à cheminer moi-même pour être une meilleure personne. […] J’ai connu l’intimidation étant jeune et mon plus vieux en a aussi connu, au point de pleurer parce qu’il n’avait plus envie d’aller à l’école. Je pense que les écoles alternatives sont l’avenir pour les enfants et leur meilleure façon de s’émanciper et de se construire comme humains. Et j’ai des intervenants de béton pour mieux expliquer tous les bienfaits de Waldorf. »

La soirée d’information sur la pédagogie Steiner-Waldorf est organisée le jeudi 7 avril, à 19 h, à la salle des Chevaliers de Colomb de Belœil (250, rue Hubert). La soirée est ouverte à tous.

image